LA RÉVOCATION

de


L’ÉDIT DE NANTES


à ROUEN

Essai historique par Jean BIANQUIS – pasteur de l’Église Réformée de ROUEN

Ce livre contient

NOTES Sur les PROTESTANTS DE ROUEN

persécutés à cette occasion

Par Émile LESENS

ROUEN

Léon DESHAYS, Imprimeur-Éditeur

Rue de Carmes, 58

- - -

1885

 

 

liste des protestants qui ont été persécutés à la Révocation de l'Edit de Nantes et dans les années qui l'ont précédée et suivie.

Cette liste n'est pas complète: les abjurations faites dans quelques églises de Rouen manquent. Par contre, elle comprend les jeunes filles enfermées dans la maison des Nouvelles-Catholiques et les réfugiés de la généralité de Rouen qui ont émigré en laissant des biens dans cette ville.

Notes :

(1) Nous employons les termes des échevins chargés de contrôler les abjurations.

(2) Quand l'année n'est pas indiquée, mais seulement la date du mois, il s'agit toujours de 1685.

(3) Au XVIIé siècle, les principaux marchands chapeliers, merciers, drapiers, bonnetiers étaient en même temps fabricants.

(4) Eglise de Rouen. Le nom qui suit le mot abjuré, désigne une église de Rouen et non une ville, exemple: Saint-Lô.

Abréviations :

A

AGAR (DANIEL), bourgeois, marié à Marie GAILLARD, de la Trinité-du-Mont. Réfugié à Rotterdam, où il a tenu un hôtel à l'enseigne: La ville de Rouen.

ADAM (veuve ESTER), Clos-des-Parcheminiers, absente.

AGASSE (FRANÇOISE), enfermée aux Nouvelles-Catholiques.

AGASSE (PAUL), teinturier, près la fontaine Massacre, m.. à Suzanne DELACOUR, trois enfants; 1 C.; endurci (1). A abjuré après plusieurs visites.

AI.JEXANDRE (ADRIEN), rue de l'Horloge, a du bien à Bolbec; absent; s'est retiré à Paris, sous prétexte de se rencontrer à la recette de Tancarville.

ALLAIN, fils de Paul ALLAIN, avocat, absent.

ALLAIN (PAUL), avocat, rue du Gros-Horloge, près la rue du Tambour, fils d'un assesseur et examinateur de Saint-Lô, m. à Marie LANGLOIS; le 4 novembre (2), 4 C. ; quelques jours après, 2 C. ; a abjuré à l'Hôtel-de- Ville avec trois enfants et sa servante.

ALLAIS (ANTOINE), mercier, rue de l'Horloge, veuf de Madelaine PANTIN; enfants et servante. Le père seul a abjuré; promet de donner ses enfants dans deux jours ; 2 C.

ALLAIS le jeune, mercier, vis-à-vis de la rue des Belles-Femmes; m. à Ester LORMIER; absent; 1 C. envoyé à l'hôtel de la Pomme de Pin, rue Saint-Jean; 1 C.nommé Dongé a pris une fourchette d'argent qu'il n'a pas rendue.

ALLARD, teinturier, près le Gros-Horloge, a déserté ; maison fermée; 2 C. renvoyés.

ALLIX (Anne Du VIDAL, veuve de PHILIPPE) ; réfugiée. Biens: Maison rue Grand-Pont.

AMSING (ANDRÉ), hambourgeois naturalisé, fils de Henri AMSING, de Hambourg, ancien du Consistoire de Quevilly, sucrier, rue du Plâtre et rue des Punaisiers, maison en face la fontaine des Augustins ; m. à Marie DIERQUENS ; père de onze enfants, dont une fille de 22 ans, mariée à Henri Basnage de Beauval, avocat et écrivain distingué, frère du pasteur Jacques Basnage. Le capitaine de Chambonnas fut logé chez lui; ensuite on lui donna 6 C. Amsing abjura pour ménager sa fuite. Il se réfugia avec deux de ses enfants à Hambourg; quatre furent envoyés en Hollande et trois en Angleterre. Sa femme, Marie DIERQUENS, fut arrêtée et enfermée dans un couvent.

Il avait à son service: André BERTIN, caissier ; une gouvernante française, Anne CAUMONT, et une gouvernante hollandaise, Judie du REL. Comme contremaîtres et ouvriers: Michel SMITH, allemand ; Erbur de GLAHANT, Henri BRIST, Jean DISBOUT, Christophe HOLDEN et Jacob BRASHR, de Hambourg.

Henri Basnage de Beauval logeait chez André Amsing, avec sa femme, lors de l'arrivée des cuirassiers. (Voir art. Basnage de Beauval).

ANGOT (Elisabeth FRENET, femme de Thomas), aux Moulins, derrière Saint-Ouen ; a abjuré.

ANGRAN (demoiselles) , aux Nouvelles-Catholiques , 1717.

ANQUETIL (ABRAHAM), vivant de son bien, rue du Vieux-Palais, m. à Marthe DUFOUR; absent ainsi que sa femme et ses domestiques.

ARGENCES (d'), rue aux Juifs; 1 L. ; la veuve DEPEISTER l'aîné demeurait chez lui.

ASSELIN DE LA TOUR (ANNE-MARIE), aux Nouvelles-Catholiques;

ASSELlN (JEAN-ANTOINE), aux Nouvelles-Catholiques .

AUBER (DAVID)., rue aux Chiens, fils de Jean et de Marie JANSSE, m. à Marguerite DUBOC ; s'est retiré dans la ville, chez un tonnelier proche la Monnaie, et la femme chez David LEBLANC, mercier, rue des Carmes; 2 C. chez lui, en son absence.

AUBER (JACQUES), basdestamier, rue du Gros-Horloge, m. à Ester LEGRIS ; signalé.

AUBER (JEAN), bonnetier-chapelier (3), rue des Carmes, frère du précédent, m. à Marthe AGASSE; a abjuré; 3 C. sortis et envoyés chez le sieur de BEAULIEU.

AUBER (MARC), paroisse Saint-Maclou, m. à Ester VIVIEN; a abjuré; 1 C. qui n'a voulu sortir qu'il n'eût touché 6 livres; s'en alla loger au Chaperon-Rouge.

AUDlFFRET (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

AUZOUVILLE ( demoiselle d' ) , aux Nouvelles-Catholiques.

AVENEL DE LA BORDERIK (Marie-Anne), aux Nouvelles-Catholiques.

AZÉMAR (PIERRE d'), écuyer, maître de la verrerie de Saint-Sever, rue de la Pie-aux-Anglais, m. à Marie BERNARD; six enfants: Marie-Anne, Catherine, Sara, Marie, Pierre et Charles. Toute la famille a abjuré; Mme d'Azémar réfugiée à Rotterdam; de là elle se rendit à La Haye, en 1733, où elle est morte.

B

BADOIT {veuve JACQUES), paroisse Saint-André-de-la-Ville; 1 C. ; a abjuré.

BAILLY, mercier, rue des Charrettes; absent; 4 C. , entrés dans sa maison, ont emporté des meubles et des hardes.

BAR (CATHERINE et MARIE), rue Saint-Eloi, filles de Guillaume, bourgeois, et de Marie LOHY; absentes, à Paris, ainsi que leur père, leur tante; la servante cachée.

BARBIER (dame), un garçon apprenti demeurant chez elle; signalée.

BARJOLLE (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

BARRÉ (JACQUES), rue Massacre, près la fontaine, m. à Madelaine GODIN; une fille; n'ont point abjuré.

BASNAGE (HENRI), écuyer, sieur de FRANQUESNAY, célèbre jurisconsulte, m. à Marie CONGNARD; signalé comme absent, ainsi que sa femme, son fils, sa belle-fille et ses domestiques; n'a pas été persécuté ; habitait rue de l'Ecureuil ; signalé en 1689 comme ne faisant pas acte de catholicité, décédé le 2'0 octobre 1695, rue Saint-Lô. Il habitait à cette date une maison ayant appartenu à Paul Bauldry d'Yberville, son gendre.

La famille Basnage avait été anoblie dans la personne de Benjamin Basnage, père de Henri Basnage de Franquesnay, pasteur de Sainte-Mère-Eglise, en Cotentin. Lettres données en juillet 1652, vérifiées en décembre 1653. (Bibliothèque de Rouen. - Mss. V 20, Fonds Martainville, fo 348. Anoblissements tirés des registres de la Chambre des Comptes de Normandie.)

BASNAGE (HENRI) sieur de BEAUVAL, avocat et écrivain, fils du précédent et frère de Jacques BASNAGE, m. à Marie AMSING; signalé; réfugié à Rotterdam en 1686; sa fille Marie-Catherine a été baptisée à l'église Saint-Lô, de Rouen. (Voir art. André Amsing, Paul Bauldry).

BASNAGE (JACQUES), pasteur de l'église de Rouen, m. à Suzanne DUMOULIN ; réfugié à Rotterdam après la démolition du temple de QuevilJy ; historien et théologien. Décédé à La Haye, en 1723, et Suzanne Dumoulin à Haarlem, en 1726.

BASNAGE (PIERRE), écuyer, sieur de BELLEMARE, frère des précédents, m. en Hollande, à Julie de BRACIION, de Hevilliers.

P. Basnage servit comme capitaine dans l'armée hollandaise. Il obtint un brevet pour revenir en France. Décédé à Gonfreville-l'Orcher, en 1732, et sa veuve en Hollande, en 1736.

BAULDRY (DAVID), paroisse Saint-Maclou, 15 ans, fils de Nicolas et de Madelaine de la BOUQUE ; a abjuré à Saint-Godard (4) , le 3 novembre.

BAULDRY (Madelaine DE LA HOUQUE, veuve de NICOLAS), a abjuré à Saint-Godard le 3 novembre.

BAULDRY (PAUL), sieur d'Yberville, Rocquigny et Tourel, écrivain et théologien, rue de l'Ecole, m. à Madelaine BASNAGE, sœur du pasteur Jacques BASNAGE ; Henri BAULDRY, son fils, et domestiques, absents, à la campagne; signalé à Marillac comme un des plus riches religjonnaires et des plus endurcis; réfugié en Hollande.

Biens abandonnés. : 8 maisons à Rouen, y compris un ténement de maisons rue Saint-Lô, dont une occupée en 1686 par Henri Basnage de Beauval; elle a été ensuite habitée par H. Basnage de Franquesnay ; la terre d'Yberville, paroisse du Thil, près Dieppe; la terre de Rocquigny; cinq autres fermes et rentes sur divers. (Voir art. H. Basnage de Franquesnay, H. Basnage de Beauval).

BAULDRY (MARIE et ANNE), filles de Nicolas et de Madelaine DE LA BOUQUE, chez les dames LIEVEN, lingères, et la servante des dites dames; n'ont pas abjuré.

BAULDRY, fils de Louis et d'Ester ADAM, rue des Crottes ; obstiné.

BAUQUEMARE (NICOLAS DE), rue Grand-Pont ; quatre enfants, son frère et sa sœur de Bretagne non convertis; la dernière enfant de son frère cachée; sa sœur est signalée comme très opiniâtre; une autre sœur partie en Bretagne; M. de Bauquemare a abjuré à Saint-Cande-Ie-Jeune, le 2 novembre ; famille alliée aux Basnage.

BEAURAIN (ANTOINE), mis à la chaîne, aux galères, en 1685.

BAZOCHE (GUILLAUME DE LA) , baron d'Heugueville, premier baron de Normandie, conseiller honoraire et doyen du Parlement, proche le chœur de Saint-Eloi, emprisonné au vieux Palais; réfugié.

Biens abandonnés.: La terre d'Heugueville, paroisse de ce nom; maison et cour .

BEAULlEU (DE), rue aux Juifs, sa femme, deux enfants, plus trois filles enfermées au couvent des Emmurées; 6 C. de la compagnie de M. de Glizy.

BEAUPRÉ (GUILLAUME), rue aux Ours, sa femme, sa belle-sœur et ses domestiques ne veulent se convertir.

BEAUVAIS (CENTURION DE), peaucelier, m. à Judith MARGAS ; enfants; ont abjuré.

BEAUVAIS (veuve), sous le porche de I'Hôtel-Dieu, pauvre, religionnaire endurcie. 1 C.; a abjuré. Ses meubles lui ont été rendus.

BEAUVAIS (veuve DE), paroisse Saint-Etienne-la-Grande-Eglise; a abjuré, le 9 novembre, à l'Hôtel-de-Ville.

BÉNARD (MATHIEU), commissionnaire, au Moulin-Saint-Ouen, m. à Marie NÉRON, absent ainsi que sa fille; a abjuré, le 6 novembre, à Sainte-Croix-Saint-Ouen.

BERNARD (JEAN), paroisse. Saint-Sever, m. à Marie VANDALLE. A abjuré. A nourri 4 C. qui ont exigé, en outre, de lui 44 livres, et lui ont pris des vêtements; 1 M-L. l'a contraint de lui payer 20 livres ; réfugié.

Biens abandonnés : Maison paroisse Saint-Sever.

BAZOCHE (GUILLAUME DE LA), baron d'Heugueville, fils aîné du précédent, conseiller au Parlement, m. à Marie DERICQ, son fils, sa fille et quatre domestiques. 1 Cap. De la Bazoche fut obligé de faire amende honorable dans la Chambre des requêtes du Palais, où il fut condamné, la torche au poing, et avec les autres cérémonies accoutumées ; réfugié.

Biens abandonnés : Maisons rue Ancrière; proche Saint-Eloi, et près la Porte-de-Paris; ferme de Mondétour, paroisse de Crevon; deux héritages à Crevon.

BERNARD (TOBIE), marchand, rue du Fardeau, m. à Marie HEUCH, enfants, domestiques; 1 L. et 4 C.; ont abjuré, le 19 décembre, à I'Hôtel-de-Ville.

BERTHELIN (DAVID), libraire, m. à Marie CONGNARD ; a abjuré, le 24 novembre, à Saint-Eloi.

BERTHELIN (JEAN), libraire, frère du précédent, m. à Madelaine LE JEUNE; a abjuré, le 24 novembre, à Saint-Eloi.

BEUZELIN (BENJAMIN), ancien du Consistoire, rue aux Ours, m. à Suzanne. DE LANGLE, fille de Maximilien DE LANGLE, sieur DE BAUX, pasteur de Rouen; sa femme, ses filles et un garçon, absents; réfugiés à Hambourg ; MÉHÉRENC, sieur DE LA CONSEILLÈRE, avocat, son gendre, s'est retiré en Basse-Normandie ; sa femme, dit-on, arrêtée, en voulant passer à Jersey; a abjuré. 1. Cap. , 1 L. , 6 C. A dû payer 108 Livres pour leur logement. Réfugié. (Voir Méhérenc de la Conseillère) .

Biens abandonnés : Maisons rues Saint-Etienne-des-Tonneliers et :du Fardeau, fermes à Beuzeville et à Manneville-la-Raoult.

BEUZELIN (JACQUES), de Pont-Audemer, clos Saint-Marc, m. à Marie BUNEL, fille d'un avocat de Pont-Audemer. 1. C.; a abjuré.

BEUZERÉ (DE); paroisse Saint-Pierre-I'Honoré, absent, en sa terre de Beuzeré, près Neufchâtel; sa maison, que l'on dit être meublée, fermée, il faut la faire ouvrir .

BIARD (JEAN), derrière les Murs, paroisse Saint-Cande-le-Viel, m. à Marthe RENOULT, un enfant; absents.

BILS (dame DE), rue Saint-Eloi, domestiques; n'a point abjuré. Réfugiée.

Biens abandonnés : Maison à Rouen, rue Saint-André.

BLANCHON, paroisse Saint-Sever, absent. 1 C.

BLIN (JEAN), 17 ans, a abjuré, paroisse Saint-Lô, le 7 décembre 1683.

BOILE (DE), aux Nouvelles-Catholiques.

BOISGUILLAUME (DE), chapelier, Fossés-des-Bonnes-Nouvelles, sa femme et ses enfants, absents; a abjuré, le 19 décembre, à 1'Hôtel-de-Ville.

BOITOUT (Marie FERRAND, veuve de JACQUES), coiffeuse, au Marché-aux-Veaux, vis-à.vis la fontaine, 2 C.; a abjuré.

BOITOUT (Marie VOLET, veuve de JEAN), coiffeuse, au Marché-aux-Veaux, vis-à-vis la Fontaine, 2 C.; a abjuré.

BOIVIN (JOSIAS), calandreur, paroisse Saint-Herblanc, né à Gruchet, près Bolbec; m. à Françoise GUEROULT; a abjuré. Sa femme et ses enfants n'ont point abjuré.

BONNET (ANTOINE), rue de la Madelaine, absent. Ses meubles vendus, il n'est resté aucun denier .

BOREL (ABRAHAM), m. à Catherine LAINÉ; a abjuré, paroisse Saint- Vincent.

BOULINGUE ou POULINGUE (CHARLES), compagnon sucrier chez M. AMSING, rue de la Chèvre, près la porte Guillaume-Lion, m. à Sara MERRY; femme et enfants absents. La femme et le fils ont abjuré.

BOURDON DE LA SAUSSAYE (MARIE), aux Nouvelles-Catholiques.

BOURDON, fille de Jean et de Marie FAUQUET, de Bolbec, clos des Parcheminiers ; retirée chez Leblanc, mercier, rue des Carmes; veut abjurer .

BOURDON (LOUIS), compagnon chapelier, rue Martainville, m. à Marie PETIT, absent; sa femme a abjuré, le 5 novembre, à Saint-Lô.

BOURGET (JEAN), professeur au collège de Quevilly, m. à Anne MARC; décret de prise de corps rendu contre lui, le 7 avril 1672 ; réfugié.

Biens abandonnés : Maison au Grand-Quevilly.

BOURSELEAU (JEAN), 19 ans; a abjuré à Saint-Lô, en juin 1685.

BOYER (PIERRE), originaire du Languedoc, rue d'Enfer , m. à Marie LEGRAND; enfants absents; a abjuré.

BRACHIGNY (OSÉE), rue Grand-Pont, absent; revenu depuis; a abjuré.

BRANLIDS (DE), rue aux Juifs, 3 C.

BRANY (SUZANNE), rue d'Enfer, débile, faible d'esprit ; disparue.

BREDEL (JEAN), né à Saint-Antoine-la-Forêt, compagnon menuisier, paroisse Saint-Etienne-des-Tonneliers, m. à Marguerite VAUTIER ; a abjuré. 1 C. Sa femme abjurera après ses couches.

BREDEL (JACQUES), manœuvre, veuf de Judith JACQUES, de Lintot-en-Caux; Marie BREDEL, sa fille, âgée de 9 ans, enlevée dans un couvent, en janvier 1681.

BREHU (THÉODORE), chirurgien, m. à Marie CONGNARD; plusieurs enfants; l'un d'eux, Jean-Salômon, âgé de 10 ans, enlevé en septembre 1675 et mis au Bureau.

BRIÈRE (RÉMOND), dit MONTAUBAN, originaire de Montauban, passementier, rue du Corbeau, m. à Elisabeth DUVAL, trois enfants; absents.

BRIÈRE {THOMAS), marchand, paroisse Saint-Eloi, m. à Elisabeth ANQUETIL; 3 C. qui ont fait du désordre dans la maison et ont été emprisonnés par ordre de M. de Beuvron ; ils ont dû rendre les meubles qu'ils avaient volés; a abjuré, le 1er novembre.

BRISEVAL (ROBERT), m. à Marguerite LEBLANC; réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue des Carmes.

BRUNEL (PIERRE), proche l'église Saint-Pierre-Ie-Châtel; a quitté sa maison; 2 C. renvoyés.

BRUNIQUEL (.JACQUES), paroisse Saint-Sever; a abjuré le 31 octobre, à Saint-Cande-Ie-Viel.

BRUNIQUEL (Veuve), mère du précédent, sur la chaussée des Emmurées, retirée à Elbeuf, n'a point abjuré.

BUCHERY ou BICHERY (SIMON), rue Potard, m. à Anne CALLARD ; a abjuré.

BUHOT (MARIE-ANNE), de Dieppe, aux Nouvelles-Catholliques.

BUNEL (JEAN), vinaigrier, rue du Vieux-Palais, m. à Marguerite DAMBERSBOSC ; prisonnier au bailliage ; a abjuré le 3 novembre, à Saint-Lô; réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue du Ruisseau.

BUNEL (Suzanne MAHIEU, V. de SIMON), rue Saint-Lô ; 1 C. ; absente; arrêtée, prisonnière au bailliage, en voulant se sauver; réfugiée.

Biens abandonnés : 2 maisons. rue aux Juifs, maison rue des Arpents.

BUNON (Anne GASSE, Veuve d'ABRAHAM), chez le sieur PORTERET, vinaigrier, chaussée des Emmurées; absente.

BUNON (DAVID), faiseur de toiles gommées, proche les Bonnes-NouveIles, absent; M-L.; renvoyé.

BONON (ELISABETH), fille de Louis BUNON ; réfugiée.

: Maison rue Senécaux, maison à Romilly-sur-Andelle, rentes.

ROQUET (ANNE) , fille de Jean et de Marie EMERY; réfugiée.

Biens abandonnés : Maison rue du Petit-Ruissel.

BUQUET (DANIEL), rue Saint-Eloi. Ses enfants, Marie, Elisabeth et Daniel, absents. Le père et la mère ont abjuré.

BUQUET (SARA), clos des Parcheminiers ; absente.

BURRIS (GEORGES), marchand anglais, non naturalisé, rue des Charrettes, m. à Catherine JANSSE, fille de Lucas JANSSE, pasteur de Rouen; enfants, domestiques; n'ont point abjuré.

C

CALLARD (Marie FULGENT, Veuve de DANIEL), tailleur d'habits; nouvelle convertie, inhumée en 1688 à Saint-André-de-Ia-Ville.

CALLOUÉ (JEAN), réfugié, libraire à Amsterdam.

CALLOUÉ (MARIE-ANNE) et THOMAS, son frère, âgé de 10 ans, ont abjuré à Saint-Eloi le 6 novembre.

CALLOUÉ (Anne LEFEBVRE, veuve), libraire, et ses enfants: Pierre, Richard, Abraham et Madelaine, ont abjuré à Saint-Lô le 3 novembre. La veuve Calloué est morte à la Bastille, où elle était détenue, ayant été compromise à propos de la publication d'un libelle: Scarron apparu, à Mme de Maintenon, etc . . .

CALLOUEL (ISAAC), marchand de toiles, rue Saint-Etienne-des-Tonnelliers, m. à Marie DUGARD; mademoiselle de MANSEL et deux domestiques; n'ont pas abjuré; 3 C. en leur absence, se sont nourris aux dépens des meubles. CaJlouel, signalé comme absent, à Duclair; arrêté à Dunkerque; réfugié.

Biens abandonnés : Ferme à Saint-Denis-sur-Duclair ; terres et maisons à Duclair; maison à Rouen, rue Malpalu; ferme à Sainte-Marie-des-Champs.

CAMBRESY, rue de la Prison, absent; 1. C.

CAMBROSSE, paroisse Saint-Maclou ; absent.

CAMIN (JEÂN), né à Pont-Audemer, m. à Suzanne LEROY ; réfugié.

Biens abandonnés : Un jardin rue d'EJbeuf.

CAMIN (RACHEL), née en 1672, fille de Noé CAMIN, drapier à Elbeuf, et de Rachel LECOINTE; prise dans un navire à Dieppe, en voulant passer en Angleterre.

CAMPAGNE (JEÂN), homme de journée, au Jardin-au-Blanc, m. à Marie ADAM; absent depuis six semaines.

CAMPART (DENIS), d'Autretot, compagnon toilier, au Jardin-au-Blanc, m. à Ester HALLEY; absent.

CAMPART (ESTER), domestique de Jean FICHET; a abjuré à Saint-André-de-Ia-Ville, le 4 novembre; réfugiée.

Biens abandonnés : Ferme à Saint-Jean-de-Ia-Neuville.

CANIVET (Louis DE), seigneur d'Ougerville; ses filles, aux Nouvelles-Catholiques.

CAPRES frères, Hollandais, rue Malpalu, et deux sœurs, dont la veuve VANDERSPRAN, ses enfants et sa servante, retirés chez eux; 1 L. et 1 M-L. Ils sont tous cachés, sauf la demoiselle CAPRES, qui paraît; réfugiés.

Biens abandonnés : Jardin à Eauplet ; 6 maisons à Darnétal.

CAPRON, rue Malpalu, et sa sœur; n'ont point abjuré.

CARBONNEL frères, au Cadran de Mer; sont retirés et logés chez un ami; bons; 1 C.

CARBONNEL, marchand, rue de l'Horloge; n'a pas de logement; a abjuré.

CARDEL (JEAN), avocat, ancien du Consistoire, rue Sainte-Croix-des-Pelletiers, m. à Marie HOUSSEMAINE ; signalés comme absents, avec leurs enfants, à leur campagne à Oissel; M. de CHALONS occupait leur maison ; 2 C; qui se sont rendus à Oissel. Marillac ordonna la saisie du mobilier de Cardel, jusqu'à son pot (sic) ; fut plus tard emprisonné ; sa femme et ses enfants enfermés dans un couvent, d'où ils ont pu sortir. Réfugiés.

Biens abandonnés : Maison et terre à Oissel, occupés en 1689 par Pierre Mortreuil ; ferme et masure dans ladite paroisse.

CARDEL (PAUL), pasteur de Grosmesnil, commune de Cottévrard, près Cailly; reçu pasteur en 1681, fils du précédent. Parti de Hollande en 1688, il fut arrêté à Paris et condamné à une prison perpétuelle ; mort en prison en 1715, après de longues souffrances.

CARDON (MARGUERITE), fileuse en laine, rue Martainville, absente, chez M. Daussy, drapier.

CARNARD (RAYMOND), 24 ans; a abjuré le 21 novembre à Saint-Eloi.

CARON, vinaigrier, rue Martainville, vis-à-vis la rue des Marquets, m. à Anne CARON; condamnés à 50 livres d'amende pour avoir mené des relaps au prêche de Quevilly. Signalés en 1689 comme religionnaire ; endurcis; réfugiés.

Biens abandonnés : Trois maisons à Rouen, près la Croix-de-Pierre.

CARRIÈRE (GUILLAUME), paroisse Saint-Sauveur, m. à Marie FAUVEL; a abjuré. Les 2 C. lui ont volé deux louis d'or.

CARTAULT (demoiselle), 13 ans, petite-fille de l'ancien pasteur de Dieppe, aux Nouvelles-Catholiques.

CARUE (ABRAHAM), paroisse Saint-Eloi; a abjuré à l'Hôtel-de-Ville le 17 novembre.

CASTEL (DANIEL), paroisse Saint-Maclou, m. à Anne SAVARY; a abjuré le 2 novembre à Saint-Etienne-la-Grande-Eglise.

CAUMONT (Marguerite PETERMANN, femme d'ETIENNE). . Isaac et Jean, ses enfants, ont abjuré à l'Hôtel-de-Ville, le 3 décembre.

CAUMONT fils, rue de la Prison, paroisse Saint-Nicaise, en chambre; retiré tantôt rue Saint-Vivien, tantôt chez DULARD, rue Malpalu.

CAUVIN (ABRAHAM), réfugié.

Biens abandonnés : Maison et masure à Jumièges.

CAUVIN (dame), rue des Charrettes; a abjuré à l'Hôtel-de-Ville.

CAUVIN (femme), femme de chambre chez Simon LE-PLASTRIER, rue Grand-Pont; a abjuré.

CAUVIN (JEAN), réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

CAUVIN (Marie PETIT, femme de NICOLAS), 64 ans; a abjuré le 14 novembre à Saint-Eloi.

CAUVIN (PIERRE); réfugié.

Biens abandonnés : Terre à Jumièges.

CAUX (MARIE-ANNE de), aux Nouvelles-Catholiques,

CAUX (PIERRE de), ancien du Consistoire, fils de DAVID, ministre à Orbec, et de Jeanne CRUCIFIX, m. à Marie SIMON; émigré .à Rotterdam.

CAVÉ (SALOMON), paroisse Saint-Jean, absent.

CAVÉ (THOMAS), peigneur, rue Ecuyère, m. à Anne HERMANN; pauvre; absent.

CÉSAR (MARTIN), rue Haranguerie, m. à Catherine AUBER; un apprenti; la femme menacée de prise de corps.

CHAPELIER (JEAN-BAPTISTE), proche les Bonnes-Nouvelles, m. à Lucrèce RUDEM\IARE ; propriétaire d'une maison et jardin ; n'a pas abjuré.

CHAPERON, rue du Gros-Horloge, près le Gros-Horloge, m. à Marie HERMANN; a déserté; 2 C. au cabaret des Trois-Anges. Ils ont dépensé 12 livres dues à l'hôte ; en 1689. Signalé comme religionnaire endurci.

CHAPERON, marchand, rue du Renard, m. à Elisabeth RÉMY ; sa belle-mère, deux belles-sœurs, deux domestiques; très obstiné; n'a pas abjuré; sa femme est à Paris par permission; sa mère et sa sœur à Dieppe, y demeurant présentement; 4 C. ; a abjuré à Saint-Herblanc, le 3 novembre.

CHAPPELIER (sieur de la VARENNE), rue des Belles-Femmes, m. à Suzanne LEGENDRE; sa fille et deux domestiques. Le père et la fille ont abjuré.

CHARLES (JACQUES), menuisier, m. à Marthe BARETTE ; leurs filles: Marthe, 13 ans; Anne, 15 ans, enlevées dans un couvent, la première en janvier, la seconde en mars 1682.

CHASTEL (JEAN), a abjuré à Saint-André-de-la-Ville, le 4 novembre.

CHATREFOU (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

CHAUVEL (DAVID), de Dieppe, m. à Anne BAULDRY; assigné en janvier 16851 devant le Parlement, comme relaps.

CHAUVEL DE BRUNEVAL (ANNE-SIJZANNE), aux Nouvelles-Catholiques.

CHAUVIN (JEAN), sieur de VARENGEVILLE, paroisse Sainte-Croix-des-Pelletiers, m. à Ester DERICQ ; ses enfants, sa servante à Saint- Vigor ; a abjuré.

CHAYER (ELISABETH) , du Havre, aux Nouvelles-Catholiques.

CHEF-D'HOSTEL. (FRANÇOIS), rue du Vieux-Palais, près le Vieux-Palais, m. à Marie LECAUCHOIS ; enfants; a abjuré ainsi que sa femme. Le logement du L. a été donné à M. de BEUZEVILLETTE; en cas d'absence de ce dernier, il ira chez André AMSING.

CHEF-D'HOSTEL (SALOMON) ; réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

CHÉRADAME (GUILLAUME) , tonnelier, m. à Elisabeth GASSE ; signalé.

CHÉRADAME (MARGUERITE), fille des précédents; signalée.

CHESNEAU (demoiselle) ; aux Nouvelles-Catholiques.

CHINDRE (fille), dans la cour Jean-Avril ; a abjuré.

CHOISY (FRANÇOIS), m. à Marie MALORTIE; réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue Etoupée.

CHOLLIÈRES (ABRAHAM de), sieur du TAILLIS, m. à Jeanne BINET; a abjuré à Saint-Laurent, en février 1680.

CHOLWISHE , marchand écossais naturalisé, chez M. ERNAULT; absent; a abjuré à Paris, le 13 décembre ; signalé en 1689, à Rouen, comme religionnaire endurci.

CIVILLE (LOUIS de), sieur de BERTRIMONT, interrogé à la cour du Parlement, en mars 1680, à l'occasion de la suppression du temple de Quevilly.

CIVILLE (PIERRE de) , chevalier, seigneur de SAINT-MARS, m. à Marie CONGNARD, tante de Jacques Basnage. En novembre 1685, de Civille logeait à l'hôtel La Maison-Royale, rue Ganterie, avec sa femme et ses domestiques; a promis d'abjurer. Marie CONGNARD s'est réfugiée en Hollande; elle institua pour son héritier Henri BAULDRY, son neveu, fils de Paul Bauldry, sieur d'Yberville et de Madelaine Basnage. (Voir art. Paul Bauldry).

CLIGNÈRE (fille) et sa mère, cour Jean-Avril; ont abjuré.

COLLARD (FRANÇOIS), sur l'Eau-de-Robec; a abjuré à Sainte-Croix-Saint-Ouen le 15 avri11685.

COLLEN (MARIE LAINÉ, veuve), chez M. Trevache, paroisse Saint-Eloi ; a abjuré à l'Hôtel-de-Ville, le 13 novembre ; réfugiée en Hollande.

CONGNARD (DANIEL), écuyer, sieur de la SABLONNIÈRE, rue des Charettes, m. à Suzanne BAULDRY, sœur de Paul Hauldry, sieurd'Yberville ; enfants et domestiques; n'a pas abjuré à cause de sa femme. Ester, l'une de ses filles, née en 1679, est décédée, faisant profession de la RR., en 1755, chez David HEUZÉ, faubourg Bouvreuil; elle avait épousé David CHAUVEL DE BRUNEVAL.

CONGNARD (DAVID), sieur du ROMBOSC, devant Saint-Eloi, m. à Catherine AI:BOURG, six enfants, absent. Sa maison est habitée par quatre domestiques. D. CONGNARD était oncle de Jacques Basnage.

CONGNARD (ESTER-ELISABETH), fille de D. CONGNARD et d'Ester BAULDRY, sa première femme; réfugiée à La Haye ; décédée à Paris, en 1725.

CONGNARD (PIERRE), seigneur du ROMBOSC, fils de David et de Catherine AUBOURG, décédé à 78 ans, en 1707, faisant profession de la R,R. , dans sa terre du Rombosc, paroisse de Montcauvaire ; son inhumation a été requise par Jean-Baptiste BROSSARD, seigneur de Grosmesnil. Le château du Rombosc a longtemps été habité par des protestants, ainsi que le château du Fossé, situé dans la même paroisse; le beau-père de Henri Basnage de Franquesnay était seigneur du Fossé.

CONGNARD (HENRI), écuyer, sieur du PETIT-CAMP, conseiller au Parlement de Normandie, révoqué pour cause de religion. Habitait La Maison-Royale, rue Ganterie, avec ses domestiques; absent. En 1698, il logeait chez la veuve Guillotin, rue Saint-Eloi; mort en 1708; oncle de Jacques Basnage.

CONGNARD (JEAN), tapissier, rue Grand-Pont, m. à Suzanne ROGER, enfants; absents; 1 L. Ses meubles ont été vendus par Simon, sergent; la servante, Judith Lecomte, seule, a abjuré. CONGNARD, ayant voulu s'enfuir , a été découvert à Paris et ramené en prison à Rouen. Cousin des Basnage. Réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue des Charrettes.

CONGNARD (Marie ROGER, veuve JOB), mercière, rue des Carmes ; 4 C.; a abjuré; réfugiée.

Biens abandonnés : Maison rue Grand-Pont.

CONGNARD (JUDITH), rue Ancrière; 1 C.; a abjuré le 4 novembre à Saint-Herblanc; s'est retirée chez le sieur Haillet, son beau-frère, rue Martainville.

CONGNARD (MARIE), 40 ans, rue Ancrière ; a abjuré le 3 novembre à Saint-Godard.

CONGNARD (SAMUEL), ancien du Consistoire, m. à Marie TORIN ; réfugié.

Biens abandonnés : Ferme à Berville-sur-Mer.

CONGNARD (veuve), apothicaire, rue des Charettes, près les Cordeliers; domestiques; 1 L. ; a abjuré.

CONSTANTIN (ANNE), aux Nouvelles-Catholiques.

COQUEMER (SUZANNE-ELISABETH-ESTER-MARIE), aux Nouvelles-Catholiques.

COQUET, avocat, rue des Bonnetiers, m. à Marie DUGARD ; domestiques; 2 C.; a abjuré à l'Hôtel-de-Ville, le 29 novembre.

COQUET, paroisse Saint-Martin-du-Pont ; M-L.

COQUIN (MARGUERITE), réfugiée.

Biens abandonnés : Maison rue du Varvot.

D

DAM (ESTER) , cardeuse de laine, clos des Parcheminiers, absente.

DAMBERSBOSC (JEAN), mercier, près les Cordeliers, m. à Suzanne MARGAS, a dit que sa femme ne voulait pas abjurer, que l'on en fit ce que l'on voudrait; 2 C. La servante n'a pas abjuré. Dambersbosc a été emprisonné au Vieux-Palais, pendant un temps assez long. Marie-Madelaine Rachel, sa fille, réfugiée à La Haye.

DANGICOURT (ESTER), née en 1674., aux Nouvelles-Catholiques.

DANGICOURT (femme PIERRE), plumassière, derrière les murs, paroisse Saint- Etienne-des-Tonneliers.

DANGICOURT (PIERRE- SAMUEL) , libraire; a abjuré, puis se réfugia à Berlin, où il devint secrétaire du commerce.

DANGICOURT (PIERRE), né à Rouen en 1664, fils du précédent, suivit son père à Berlin, fut lié avec Liebnitz; a publié un problème des sections coniques; fut nommé l'un des directeurs de l'Académie des sciences de Berlin. Mort en 1727.

DARDAN, paroisse Saint-Vincent ; a abjuré; 1 C.

DAUSSY (ISAAC), drapier, rue Grand-Pont, m. à Marie COSSART ; deux filles, quatre serviteurs; 4 C.

DAUSSY (JEAN), seigneur de LA NEUVILLE, gentilhomme, rue Grand-Pont, chez la dame LEXPERT; 1 L.; emprisonné au Vieux-Palais; a pu s'évader. Réfugié en Hollande.

Biens abandonnés : Maison rue des Carmes; fermes à la Neuville-Champ-d'Oisel, à Sainte-Marguerite-sur-Duclair, à Flammanville, à Bellefosse. ,

DAUSSY le jeune (DAVID), m. à Catherine DERICQ, propriétaire, rue SaintT-Yon, d'une maison de fond en comble. Signalé.

DAVID (MARIE), 21 ans, sur l'Eau-de-Robec ; a abjuré le 10 décembre à Sainte-Croix-Saint-Ouen.

DE GRAVES (JEAN) , marchand, de Londres, rue Ancrière, m. à Catherine LEFEBVRE; domestiques: 2 C.

DE LA BALLE, chirurgien, rue Ancrière ; menacé de prise de corps, le 7 avril 1672; absent en novembre 1685.

DELACOUR, fossoyeur, quartier du Petit-Ruissel, paroisse Saint-Maclou. Signalé.

DELACOUR (PIERRE), m. à Anne BAILLET ; réfugié. .

Biens abandonnés : Maison rue du Gros-Horloge ; rentes.

DELACOUR, toilier, paroisse Saint-Vivien, m. à Marie HUBERT; 1 C. ; a abjuré.

DE LA FONTAINE (PIERRE), à la Vieille-Tour, m. à Elisabeth ROTEL; a abjuré à Saint-Denis, le 26 octobre.

DE LA FOUILLADE, capitaine, a son logement chez le sieur Lemaignen ; signalé.

DE LA GRANGE (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

DE LA HAVE, compagnon lapidaire, clos des Parcheminiers ; sa femme et un enfant; signalés.

DE LA HAYE (veuve), près l' Ane-d'Or; le cavalier ne l'ayant pu trouver, a logé au cabaret ; ladite veuve a de la fortune; n'a pas abjuré.

DE LA LONDE (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

DELAMARE (Judith LESIRE, veuve de FRANÇOIS), bourgeois, rue Saint-Eloi ; a abjuré; réfugiée.

Biens abandonnés. : Plusieurs maisons à Rouen, masure à Bapeaume, 4 maisons et masures à Bois-Lévesque, terres au Gros-Theil et à Bosc-Guérard-de-Marcouvillé.

DELAMARE (PIERRE) , paroisse Saint-Maclou, m. à Ester LEMAISTRE; 1 C.; a abjuré.

DELAMARE (ROSE), rue de la Chèvre; pauvre; 1 C.

DE LA SALLE (ANNE), menacée d'être traînée à la voirie, dit que ce serait le plus grand honneur qu'on pût lui faire comme réparation de l'abjuration qu'elle avait donnée.

DELAUNAY (ANNE), chez la dame DES ORMEAUX; n'a point abjuré.

DELAUNAY (PIERRE), d’Autretot, m. à Madelaine MORDANT, chez Lesauvage, avocat; signalé.

DELÉPINE (MARTHE) ; réfugiée.

Biens abandonnés : Rente.

DELIN (ANNE), domestique de Madame Sara Lequesne, a abjuré à Saint-André-de-la-Ville, le 4 novembre.

DEPEISTER (SAMUEL), né à Rouen de parents hollandais, rue Saint-Eloi, m. à Catherine LEQUESNE. Le sieur Lequesne et la veuve de Bils; 4 domestiques; ont abjuré à I'Hôtel-de-Ville, le 19 décembre. Samuel Depeister est signalé, en 1689, comme religionnaire endurci.

DEPEISTER (veuve), belle-sœur du précédent, Hollandaise, rue Saint-Eloi; a abjuré à l'Hôtel-de-Ville, le 19 décembre.

DESCHAMPS (Marie PATRIARCHE, veuve de MICHEL), inquiétée en mars 1685.

DESNOS, vivandier, rue de la Chèvre, trois enfants ; signalé.

DERICQ (OSÉE) ; sa fille, signalée.

DEVAUX, dinandier, rue de la Chèvre; sa femme, cinq enfants, absents. On dit qu'ils se retirent chez Laurens, chaudronnier, sur la Renelle.

DOUAIRE, serviteur sucrier, près la Vieille- Tour, sa femme; originaires de la Flandre; ont abjuré.

DROUET (CHARLES), peigneur, rue de Joyeuse, m. à Catherine DUHAMEL; leur fille, pauvres; absents; ont abjuré le 3 novembre à Saint-Cande-le-Jeune.

DUBOC (NOEL), de la paroisse d'Estreville, élection de Pont-Audemer, ,m. à Catherine PERRÉ; a abjuré à Saint-Godard, le 6 novembre.

DUROC (veuve), née Marguerite BUNON, et Ester, sa fille, ont abjuré à Saint-Herblanc, le 3 novembre.

DURREUIL (OSÉE), tonnelier, rue des Cordeliers; 2 C.

DUBREUIL (PIERRE), tonnelier, rue des Cordeliers, m. à Marie PICARD; 1 M.-L., 2 C. ; obstiné; a abjuré à l'Hôtel-de-Ville, le 24 novembre.

DUBUC (LOUIS), plumassier, rue Massacre, sa femme et ses enfants ; 2 C.

DUBUSC (JACQUES), m. à Marie GOULLÉ, proche la Grosse-Bouteille; absent; 1 C.

DUBUISSON; décret de prise de corps lancé contre lui le 7 avri11672.

DUBUISSON (THOMAS), m. à Catherine LEBORGNE ; a abjuré à Saint-Vivien, le 30 octobre; a cependant logé 2 C. , qui ont fait de grands désordres dans sa maison. Il expose, dans une requête, qu'il est chargé de quatre enfants et qu'il n'a point de travail depuis un an.

DUBUST (Anne COLOMBEL, femme), paroisse Saint-Eloi; a abjuré.

DUCHEMIN (JEAN), rue Saint-Denis, chez M. Asselin ; a abjuré à Saint-Denis, le 26 octobre.

DUFOUR (LOUIS) , au Pont-de-Bois, m. à Elisabeth ROMIEU; deux enfants; absents.

DUGARD (ABRAHAM), orfèvre, rue du Bout-du-Pont, m. à Elisabeth SAUNIER, un enfant; arrêtés le 17 novembre, à deux lieues de Dieppe, en voulant sortir du royaume. En son absence, les cavaliers ont vécu au dépens des meubles; réfugié à Londres.

DUGARD (JACOB), m. à Marguerite MARTIN! réfugié.

Biens abandonnés : Ferme à Saint-Germain-sur-Cailly.

DUGARD (ROBERT), m. à Françoise PORRÉE; en 1702, signalé.

DUGARD (THOMAS), marchand, paroisse Saint-André, m. à Rachel ROUMIER ; sa mère et ses domestiques; la mère a abjuré.

DUGARD (veuve), née Marie BARBANSON, rue Grand-Pont, absente; son fils Abraham et sa femme prisonniers à Dieppe.

DUHAMEL (DAVID), réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

DUJARDIN (PIERRE), ivoirier, fils de Pierre, tabellion, à la Fontaine-Jacob ; m. à Suzanne LION, cinq enfants; signalé, en 1689, comme religionnaire endurci.

DUJONC (JEAN), m. à Elisabeth REMY; a abjuré le 3 novembre.

DULONG (JEAN), chapelier, proche le Noviciat, paroisse Saint-Vivien, m. à Jeanne DUBREUIL ; signalés, réfugiés.

DUMESNIL {demoiselle), rue Saint-André, chez le sieur Lesauvage ; 1 C. ; absente depuis quinze jours.

DUMONT fils (ABRAHAM), orfèvre, rue Grand-Pont, près la Cour des Aides, m. à Judith de GUEUDEVILLE ; son fils, sa fille et sa servante; 1 M.-L. , 2 C. ; réfugié.

Biens abandonnés : Deux moulins à blé à Canteleu ; terre au Camp-Hérichon, paroisse Saint-Vivien de Rouen; maison rue Basse-Fosse ; rentes .

DUMONT père (ABRAHAM), ancien orfèvre, rue Grand-Pont, père du précédent, vieillard de 88 ans, paralysé, dans son lit. On s'empara de sa maison, ses enfants n'y purent entrer; il est mort entre les mains de ses persécuteurs.

DUMONT (DAVID) , rue des Charrettes, procureur à la cour de Paris, m. à Marie THOREL, qui n'a point abjuré : leur fille Marie, âgée de 8 ans, a abjuré; 1 C. ; poursuivi comme relaps; a abjuré.

DUMONT DE BOSTAQUET (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

DUMONT {JACOB), m. à Anne DEHORS. [Les héritiers de] dont Jean Dumont, né en 1667, historiographe de l'empereur d'Autriche Charles II, qui le créa baron de Carlseroon, auteur d'un grand nombre d'ouvrages; réfugié.

Biens abandonnés : Rente sur une maison hors le pont, devant la Barbacane.

DUMONT {JEAN), peaucelier, paroisse Saint-Maclou, m . à Marguerite VARIN ; a abjuré ; 1 C. lui a pris 5 livres.

DUMONT {veuve), chandelière, rue des Emmurées, absente; les C. ont occupé sa maison; réfugiée.

Biens abandonnés : Maison hors le pont, vis-à-vis le Vieux-Palais.

DUPONT {ABRAHAM), paroisse Saint-Pierre-l'Honoré, fils aîné de Jean, chaudronnier, m. à Marie DUBUSC; deux filles; 2 C. ; a abjuré; réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

DUPONT {JEAN), chaudronnier, père du précédent, près la fontaine Saint. Pierre, trois enfants; menacé de prise de corps en 1672; 2 C. ; absent, a abjuré.

DUPONT (MATHIAS), fils du précédent, rue de la Fontaine; sa femme, quatre enfants; absents depuis un mois .

DURAND {JEAN), tonnelier, rue des Charrettes, près les Cordeliers, m. à Suzanne DELAVIGNE; 1 C. ; réfugié en Hollande.

DURONDEL, rue Ganterie, sa femme et sa servante ; n'ont point abjuré.

DUTIL, toilier, paroisse Saint-Vivien ; 2 C. ; a abjuré.

E

EIDEM (dames), paroisse Saint-Eloi, signalées.

EMERY (veuve) et sa fille, rue de l'Aumône ; n'a point abjuré.

ERNAULT (ETIENNE), marchand, rue Herbière, m. à Marie TESSON, a trois filles qu'il dit être à Rouen; il apportera leurs billets d'abjuration; a abjuré avec sa femme; signalé en f689 parmi les religionnaires endurcis restés à Rouen .

ERNAULT l'aîné, fils d'Etienne, m. à Madeleine LEFEBVRE; deux filles; réfugié.

Biens abandonnés : rentes.

ERNAULT le jeune, fils d'Etienne, marchand, rue Saint-Eloi, m. à Marie LEFEBVRE; sa femme réfugiée en Hollande, après s'être retirée à Saint-Quentin, lieu de sa naissance. Son mari dit n'être point maître d'elle; un caissier, qui a abjuré en même temps qu'Ernault le jeune ; en 1689, Ernault est signalé parmi les religionnaires endurcis restés, à Rouen.

ESSARTS (ABRAHAM des), m. à Marguerite ROUTIER; réfugié.

Biens abandonnés : Maison paroisse Saint-Etienne-des-Tonneliers.

ESSARTS (DAVID des), rue Mamuchet, m. à Marie-Anne HÉBERT, enfants; la femme et les enfants réfugiés en Hollande.

Biens abandonnés : Trois maisons rue des Charrettes, ferme à Montigny.

ESSARTS (SARA des), 87 ans, retenue au lit; a abjuré le 6 novembre.

ESTIENNE (famille), rue de la Prison; retirés à Quincampoix.

ESTIMEUR, paroisse Saint-Martin-du-Pont, et sa femme, absents. On a trouvé la porte ouverte; 2 C. ont logé dans la maison et envoyé leurs chevaux au cabaret.

EVRECHAMP, écossais, demeurant chez le sieur Ernault fils, rue Saint-Eloi ; signalé.

FABULET (ANDRÉ), rue Martainville, accusé comme relaps en janvier 1681).

FABULET (JACQUES), rue Martainville, frère du précédent, signalé.

FARIN (MARTHE), fille de feu JEAN, près la trierie de la halle au bled; a abjuré à I'Hôtel-de-Ville, le 27 novembre.

F AUCHEUX (JEAN), réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

FAUCON (JACQUES), m. à Jeanne HEUDE; réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue de la Glos.

F AUCON (PIERRE), apothicaire, frère du précédent, rn. à Marthe AUBER; réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue de la Glos.

F AUVEL (MICHEL), réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue du Petit-Enfer .

F AUVEL (PIERRE), 21) ans, fils de Pierre et de Marie GUEROULT; a abjuré à Saint-Lô, le 22 octobre.

FELLES DE LA POTERIE (SALOMON), ministre de l'église de Bolbec, réfugié en Hollande.

Biens abandonnés : Maison rue des Charrettes et une boutique même rue.

FERMAN, tailleur (Marthe, fille de CHARLES), aux Nouvelles-Catholiques.

FERMAN (GUILLAUME), né à Dieppe, orfèvre, rue Grand-Pont, m. à Anne DUMONT. N'ont point abjuré; 2 C.; Ferman a abjuré par la suite. Sa femme a été mise aux Nouvelles-Catholiques.

FÉRON (SANSON), paroisse Saint-Maclou, m. à Anne HÉBERT. N'ont point abjuré; absents. Ladite Hébert chez M. Leboulanger, rue du Petit-Salut ; non convertie; 2 C.

FERRAND, rue Grand-Pont, et sa femme, absents ; n'ont point abjuré.

FERRAND (JACQUES), m. à Judith RAFFY ; leur fils Jacques a abjuré le 3 novembre à Sainte-Croix-Saint-Ouen.

FERRAND (JEAN), marchand, m. à Anne RAULT; sa femme a abjuré le 2 novembre; réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue des Moulins.

FERRAND (MARC), au Pont-de-Robec, m. à Marguerite RAULT. Jean et Judith, leurs enfants, ont abjuré le 3 novembre à Sainte-Croix-Saint-Ouen.

FERRAND (veuve) ; mégissière, au bas de la rue du Figuier. Appelée le 14 novembre, a déclaré que 2 C. lui ont pris de l'argent et des meubles. Marillac les fit mettre en prison.

FEUGUERAY (veuve Anne De) et sa fille, de Saint-Jacques-sur-Darnétal, ont abjuré le 9 novembre.

FEUGUERAY (De}, Sr De La HAYE, au bas de la rue des Chartreux, sa femme et ses domestiques; est de retour de Saint-Jacques-sur-Darnétal ; a abjuré.

FETIZON (GIRARD), né à Reims; rue Massacre, m. à Marie CHEF-D'HOSTEL, et sa petite-fille ; signalé.

FICHET (ABEL), proche le moulin Saint-Ouen, m. à Marie VARENGOT , est employé chez le sieur Emery; occupait une chambre du sieur de Mante, avec deux filles, pauvre; a abjuré le 10 novembre à Sainte-Croix-Saint-Ouen.

FJCHET (Rachel MALLET, veuve de PIERRE}, a abjuré le 4 novembre à Saint-Herbland.

FLAMAND (GUILLAUME), orfèvre, rue Grand-Pont ; 2 C.

FLAMMARE (JEAN), chaussetier, m. à Judith DROUET. Leur fils Jean, âgé de 15 ans, a été enlevé en septembre 1682.

FLAMMARE (DE BRILLY, veuve), aux Nouvelles-Catholiques.

FLAVIGNY (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

FOLLIE (JEAN), rue des Crottes, m. à Suzanne POUPART, trois enfants; absents.

FONTAINE (GUILLAUME), marchand, rue Ancrière, fils d'un bourgeois de Paris; signalé en 1689 comme religionnaire endurci. En 1685, ses deux sœurs ont été enfermées dans un couvent. Son caissier, réfugié en Hollande; 1. C. Le 19 décembre 1685, a abjuré avec une troisième sœur et ses trois domestiques.

FONTAINE (PIERRE), paroisse Saint-Gervais, m. à Elisabeth ROZEL, absent; ses filles, enfermées dans un couvent, ont abjuré.

FONTENAY {JEAN), né à Bolbec; paroisse Saint-Maclou, m. à Marie HAUGUEL, deux servantes; 2 C.; a abjuré.

FONTENAY \PIERRE), paroisse Saint-Gervais, m. à Judith BÉCHET ; ont promis d'abjurer. En août 1681, leur fille a été enlevée et conduite dans un couvent.

FORMOND, rue du Fardeau, et trois serviteurs sucriers ; signalés.

FOUQUET {FRANÇOIS), rue Ancrière, m. à Judith DUFAY, trois filles absents; 2 C.

FOUQUET {JOSIAS), de Luneray; rue Malpalu, m. à Marie LECOMTE, six enfants absents; a abjuré.

FOURGON {ABRAHAM), m. à Ester LECOMTE; réfugié.

Biens abandonnés : Maisons rue d'Enfer et rue Dinanderie.

FOURTON, logé au Cadran-de-Mer; L. de la compagnie de M. de Glisy à loger .

FRAMBOISIER {demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

FREMIN (ELISABETH et SUZANNE), filles de Jean et d'Anne LECOUTEULX; ont abjuré le 3 novembre à Saint-Cande-Ie-Jeune.

FREMIN {Madelaine et Marie), filles de Louis et d'Elisabeth THORELET; réfugiées.

Biens abandonnés : Fief, rentes.

FRET (ELISABETH), aux Nouvelles-Catholiques.

FRILLEAU et son fils, paroisse Saint-Maclou ; signalés.

FRUGARD, courtier, et sa femme; ont abjuré.

FRUGARD (veuve), et son fils, rue aux Ours; signalés.

FULGENT (ADRIEN), réfugié à Londres.

Biens abandonnés : Maison rue de la Vicomté.

FULGENT (FRANÇOIS), frère du précédent, interprète pour la langue anglaise, m. à Elisabeth GODEFROY, de Lintot ; a abjuré le 3 novembre à Saint-Lô ; mais, comme presque tous les réformés qui ont abjuré par force, il n'a pas fait acte de catholicité.

Biens abandonnés : Maison rue de la Vicomté.

FULGENT ( Marie CHÉRADAME, veuve THOMAS) , marchande, et son fils François; signalés comme religionnaires endurcis en 1689.

FULTON (ELISABETH), aux Nouvelles-Catholiques.

FUZET (ABRAHAM), paroisse Saint-Maclou, et sa femme ; ont abjuré.

G

GAILLARD (ETIENNE), paroisse Saint-Maclou, m. à Judith MONTIER, a abandonné sa maison; retiré chez un tailleur de la rue Malpalu. Réfugié.

Biens abandonnés : Maisons rues du Champ-Héricher et.des Chartreux.

GANCEL (DAVID), réfugié.

Biens abandonnés : Maisons rue du Figuier et à Quevilly, rentes.

GASSE (Ester BRUNEL, veuve), rue Potard ; son fils et ses deux filles; absentes depuis trois semaines.

GATEL (veuve), rue de la Tuile-d’Or, sa nièce et Pierre ROGER, son petit-fils ; signalés.

GÉNEVOIS J'aîné (NICOLAS) , maître charpentier, sur l'Eau-de-Robec; 5 C.; a abjuré. Signalé en 1689 comme religionnaire endurci; c'est lui qui a pris le plan du temple de Quevilly au moment de sa démolition.

GÉNEVOIS le jeune (ISAAC), m. à Madelaine AVEAUX ; 2 C.; a abjuré.

GEFFREY (PIERRE), clos des Parcheminiers, m. à Marie BARJOLLE, son fils; absents.

GERVAIS (LOUIS) , a abjuré à Saint-Herbland en 1703.

GIFFARD, coffretier, rue Massacre, a déserté; 1 C.

GILLES (MADELAINE), paroisse Saint-Vincent ; a abjuré le 3 novembre à Saint-André-de-la-Ville.

GIRARDEL (fille), dans une chambre, chez Mallet, rue des Charrettes.

GIRARDIÈRE ( demoiselle DE LA) , aux Nouvelles-Catholiques.

GIVERVILLE (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

GLORIA (MADELAINE), aux Nouvelles-Catholiques.

GODEFROY (ANNE), a abjuré à Saint-Herbland, le 3 novembre.

GODEFROY (GEORGES), interprète de la langue anglaise, rue des Charrettes, m. à Marie DES ORMEAUX; absents ; 2 C. entrés dans la maison, dans laquelle il y a un gardien. Réfugiés.

Biens abandonnés : Ferme au hameau du Mesnil, paroisse de Perruel-sur-Andelle.

GODEFROY (ISAAC), rue Malpalu, m. à Judith ASSIRE ; réfugié en Hollande.

Biens abandonnés : Plusieurs maisons à Bolbec.

GODEFROY (JEAN), rue des Charrettes, m. à Marie GODEFROY, enfants et domestiques; a abjuré; la femme abjurera après ses couches.

GODEFROY (JEAN), rue Grand-Pont, m. à Marie GRISEL ; servante; a abjuré le 5 novembre.

'

GODIN, rue du Pavillon, pauvre; 1 C., renvoyé.

GONTIER {JEAN), marchand, rue Ancrière, m. à Sara GUISELIN ; sa femme et sa fille aînée emprisonnées; sa seconde fille, prise dans un navire à Dieppe, en voulant passer en Angleterre, et enfermée dans un couvent. Gontier , signalé comme étant un marchand rusé, a abjuré avec ses domestiques le 19 décembre à I'Hôtel-de-Vil!e.

GOSSELIN {demoiselles DE), du MESNIL-MARTIGNY, enfermées dans un couvent, filles de Gabriel DE GOSSELIN, chevalier, seigneur de Martigny, Compainville, baron de Caule, et d'Isabeau RAYE.

GOSSELIN (ETIENNE), mis à la chaîne aux galères pour cause de religion, en 1684.

GOSSELIN {GÉDÉON DE), écuyer, seigneur du MESNIL-MARTIGNY, cour des Pigeons, m. à Catherine DE SARAVILLIERS ; 3 C. de la compagnie de M. de Glisy ; absent le 5 novembre. Les cavaliers ont logé à la Ville-de-Paris; de Gosselin est à Lessart, près Rouen; le 31 décembre s'est retiré, avec sa femme et un laquais, dans le pays de Bray.

GOUGEON (JUDITH), a abjuré à Saint-Herbland, le 3 novembre.

GOULÉ, compagnon orfèvre, rue du Corbeau, pauvre ;. sa femme et six enfants; absents.

GOULLÉ (ETIENNE), orfèvre, près Notre-Dame, veuf de Marie LEPAGE, m. en secondes noces à Catherine VOLANT ; deux enfants, Elisabeth et Jacques; a abjuré à Saint-Herbland, le 3 novembre.

GOULÉ (JACQUES), m. à Marie LALOUETTE; a abjuré à Saint-Herbland, le 3 novembre.

GOULÉ (JEAN), m. à Judith LEPAGE ; réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue Martainville, rentes.

GRIMAUDET, marchand, rue Ancrière, m. à Marguerite MARGAS; 2 C.; après s'être absentes, sa femme, son caissier et son laquais ont abjuré.

GROSSUIN (JEAN), plâtrier, rue de la Prison, m. à Madelaine SELLES; absent, a fermé sa maison.

GUEROULT (Jacqueline MARC, veuve de JEAN). lingère, rue Saint-André ; 2 C.; a abjuré; ses filles Anne et Elisabeth et sa nièce Anne CARRIÈRE ont abjuré à Saint-André, le 4 novembre.

GUEROULT (Marie COQUIN, veuve de PIERRE), émouleur de forces à tondre, rue du Corbeau, trois enfants; absents.

GUERRAND (SAMUEL), paroisse Saint-Vigor , m. à Marthe DEVERSON, deux enfants; absents; se sont retirés chez Guerrand père.

GUESDON (DANIEL), monnayeur, m. à Jeanne CONGNARD; réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue des Charettes, Au sacrifice d'Abraham ; ferme à Grainville-sur-Ry ; héritage au Grand-Quevilly, affermé à la veuve Jean Caban et à la veuve Louis Caban; maisons à Rouen et à Eauplet ; rentes.

GUESDON (JACQUES), paroisse Saint-Denis, m. à Ester LOCQUET; a abjuré à Saint-Laurent le 3 novembre.

GUILLAUMEAU DE LA BERGERIE (ANNE), aux Nouvelles-Calholiques.

GUILLEBAUT fils (DANIEL), rue Grand-Pont, m. à Jacqueline CHAR.PENTIER ; n'a pas abjuré à cause de sa femme ; ses domestiques ont persisté; la femme a été arrêtée et mise dans un couvent.

GUILLEBAUT père (PIERRE), rue aux Ours, m. à Sara LALOUETTE , sa belle-sœur, un compagnon et un garçon anglais, n'ont point abjuré; dès 1672, a été menacé de prise de corps.

GUILLETTE, 42 ans; a abjuré le 17 février 1680.

GUILLOTIN (Anne ALLIX, femme d'ABRAHAM), hôtesse du Cadran-de-Mer, rue du Gros-Horloge. Chez elle, se retirent (en 1689) les gens de la religion. On croit même que l’on y fait plusieurs fois des assemblées. Ce serait un grand bien qu'elle fût hors de la ville. Le rapport est suivi de ces mots: " En prison au Pont-de-LArche. "

GUILLOTIN fils, chez Mme Legendre, rue du Gros-Horloge; signalé.

GUILLOTIN (JACOB), rue du Fardeau, m. à Marthe de LESPINE; endurcis ; servante; 1 L., 4 C. Marthe de Lespine devenue veuve, réfugiée.

Biens abandonnés : Terre hameau du Gollet, paroisse Saint-Remy-de-Let.

GUILLOUDE (femme), rue des Savetiers, sa fille et la fille AuMEz; n'ont point abjuré.

GUISNÉ (ETIENNE), plâtrier, rue de la Prison, et sa femme, absents.

H

HAILLET (MARGUERITE) , 17 ans, rue Martainville: a abjuré à Saint-Godard, le 3 novembre.

HALAVAN (THOMAS), au Mont-Saint-Denis, proche les Moulins, m. à Marie LECONTE, deux enfants ; a abjuré le 26 octobre.

HAPPEDÉ (PIERRE), paroisse Saint-Martin-du-Pont, m. à Marie LECHALLEUR ; 1 C. ; a abjuré.

HARANG (PIERRE), marchand, m. à Suzanne MEL, fille de Michel MEL, écuyer, Sr d'Estrimont. Suzanne Mel a été rasée et mise dans un couvent d'où elle a pu sortir; réfugiée.

Biens abandonnés : Héritage à Canteleu, maisons et masures à Bapeaume.

HARÊCHE (PIERRE), orfèvre, rue Grand-Pont, m. à Jeanne I,EMAIGNEN , enfants; travaillent pour les maîtres (orfèvres) ; a abjuré le 2 novembre.

HARÊCHE (veuve), pauvre, a abjuré paroisse Saint-Eloi; 1 C. qui n'a voulu sortir sans exiger de l'argent par force, et a menacé de frapper le clerc de la paroisse qui lui attestait l'abjuration de la veuve Harêche.

HAUMERVILLE (GUILLAUME d'), réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue Cauchoise.

HAUTOT (JEAN), maçon, né à Gruchet, près Bolbec, m. à Elisabeth MALLET. Elisatbeth, leur fille, âgée de 13 ans, a été enlevée dans un couvent en octobre 1685.

HAVY (PIERRE), rue Saint-Marc, a été, en 1672, décrété de prise de corps; a abjuré le 3 novembre à Sainte-Croix-Saint-Ouen.

HAYS (JACQUES), paroisse Saint-Eloi, m. à Ester LOCQUIN ; a abjuré à Saint-Laurent, le 2 novembre.

HÉBERT (ANNE), cour Faucon, rue Martainville, et sa fille; absentes, sont retirées chez Leboulanger frères, rue du Petit-Salut ; 2 C. ; non converties.

HÉBERT (SAMUEL), basdestamier, rue de l'Horloge, m. à Marie DERY ; 1 L., M. de Beaubel.

HEBERT (veuve JEAN), savonnière, rue Mamuchet, six enfants; absents; réfugiés.

Biens abandonnés : Cinq maisons rue Mamuchet et rue Sarrasin.

HÉBERT (PIERRE), domestique du pasteur Philippe Legendre. Son corps fut mis en pièces, en haine de son maître, par les écoliers des Jésuites qui se jouèrent longtemps avec son cadavre et lui firent mille indignités.

HELLOT (dame), paroisse Notre-Dame-de-la-Ronde ; 1 C. nommé La Fontaine, contre l'ordre de Marillac, lui a pris 9 livres.

HELLOT (JEAN), m. à Catherine ROGER; réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue de la Chèvre.

HÉLOUISTE (JUDlTH), chez Mme Deschamps, marchande de grains; a abjuré à Saint-Denis, le 26 octobre.

HEUZÉ (PIERRE), né à Quillebœuf, m. à Sara CARON ; absent, en mer; sa femme a abjuré.

HIS (JEAN), né à Hambourg, m. à Anne AVEAUX; réfugié.

HISTRE (sieur) ; 1 M.-L., 1 C.

HUBERT (LOUIS), paroisse Saint-Etienne-des-Tonneliers, absent; 1 C. ; a abjuré.

HUBERT (PAUL), réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

HUBERT (ROBERT), horloger, rue des Charrettes, m. à Suzanne LEMIRE; signalé en 1689 comme religionnaire endurci; réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

HUE DE MONTAIGU (ESTER), de Basse-Normandie, 12 ans, enlevée le 31 janvier 1685, à Rouen, et conduite en prison par les juges mêmes.

HUET (ABRAHAM), horloger, rue Ancrière, né à Bolbec, m. à Marie BEUX, et sa sœur, chez Durand, tonnelier ; 1 C., envoyé chez Godefroy, paroisse Saint-Nicaise; a abjuré.

J

JANSSE (LUCAS), pasteur de l'église de Rouen, m. à Marie DUBUC ; théologien, auteur de plusieurs ouvrages ; réfugié à Rotterdam.

Biens abandonnés : Ferme à Ectot-l'Auber.

JANSSE (PIERRE) , courtier, au bas de la rue de la Vicomté, m. à Marie PAPAVOINE ; a abjuré à l'Hôtel-de-Ville, .le 19 décembre.

JANVIER (JEAN), savetier, rue Potard, m. à Elisabeth LEMAITRE; sa femme et sa fille absentes depuis quinze jours; 1 C.

JEUFFROY (PIERRE); le fils de son laquais qui est à Paris, signalé.

JUSTIN (veuve) ; de Dieppe, 89 ans, aux Nouvelles-Catholiques.

K

néant

L

LABOUCHÈRE, rue Potard, absent depuis trois ans.

LADMIRAL (PIERRE), m. à Marie d'AUDEMARE; réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue des Champs-MaiIlets.

LAËT (JEAN de) , m. à Marie-Charlotte CHARDIN; réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

LA HAYE (JEAN de), orfèvre, né en 1666, compagnon de voyage de François Leguat. (Voir voyage de François Leguat et de ses compagnons).

La LIEUE (veuve de), rue des Charrettes, près l'Asne-d'Or ; 1 C. ; a abjuré.

LALLOUEL (JACQUES). Sr De BEUVREUIL, gentilhomme, avocat, rue Etoupée; m. à Madelaine DE SARAVILLIERS, six enfants; en sa terre de Beuvreuil, près Neufchâtel ; rusé, absent; a abjuré le 22 décembre.

LALLOUEL (JEAN), menuisier, Marché-aux-Veaux, m. à Marie BARJOLLE; 1 C; n'ont point abjuré; traînés à la voirie; le père de Jean Lallouel fut condamné à assister à ce triste spectacle.

LAMBERT (THOMAS), fils de feu Thomas et de Catherine ROUSTEL; a abjuré à Saint-Eloi, le 29 janvier 1684.

LAMBERVILLE (de), teinturier sur l'Eau-de-Robec; sa femme partie avant les logements. Il a 800 livres de rentes au moins.

LAMY (ABRAHAM), m. à Jeanne COSTÉ; a abjuré à Saint-André-de-la-Ville, le 3 novembre.

LAMY (JUDITH), réfugiée.

Biens abandonnés : Rentes.

LAMY (PIERRETTE-MARIE), 22 ans, a abjuré à Saint-Lô, le 3 novembre.

LANGLOIS (ABRAHAM), courtier en laine, m. à Ester HARDERIN, six enfants; a abjuré.

LANGLOIS (ISAAC), né à Autretot, orfèvre, rue aux Juifs, m. à Marie DELAMARE, deux enfants; la fille absente; le mari, la femme et leur fils Samuel ont abjuré à Saint-Eloi, le 10 novembre.

LANGLOIS (JACOB), orfèvre, rue aux Ours, m. à Marie FAUCON; la femme a abjuré; 2 C. Jacob Langlois, en voulant se sauver, fut arrêté deux fois à Lyon, ensuite en Bourgogne; trouva le moyen de se faire ouvrir les portes des prisons. Réfugié en Hollande où il est mort entre les bras de ses enfants qui s'y étaient retirés. Sa femme décédée aussi en Hollande.

Biens abandonnés : Ferme à Pavilly.

LANGLOIS (JACQUES), rentier, rue Mamuchet, m. à Madelaine FAUCON, sept enfants, trois domestiques. absents ; a abjuré.

LANGLOIS (LAURENT), avocat, paroisse Saint-Eloi, m. à Marie de LALLOUEL ; 2 C. ; a quitté sa maison.

LANQUETUIT (PIERRE), marchand mercier, rue du Gros-Horloge, m. à Catherine LION, enfants; 2 C. Leur fils est hors du royaume; on ne connaît pas l'endroit où la famille s'est réfugiée. Ordre donné de les faire arrêter; réfugiés.

Biens abandonnés : Ferme à Bolbec, hameau de Beauquesne.

LAPOSTRE (JEAN), m. à Anne DAVID, réfugié.

Biens abandonnés : Maison et jardin proche la cour au Duc, paroisse Saint-Ouen-de-Longpaon, à Darnétal ; rentes.

LAPOSTRE (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

LA RIVE (JÉRÉMIE De), Sieur de LAMBERVILLE, paroisse Saint-Eloi ; a abjuré à Saint-Laurent, le 1er novembre.

LA RIVE (dame De) et sa mère Judith MEL, rue Saint-Eloi, vivant de son bien, trois domestiques, une servante.

M. de Beuvron a donné 15 jours de temps à Mme de La Rive pour abjurer, pendant lequel temps elle n'aura pas de logement (note du 7 décembre). Mme de La Rive était la belle-mère d'Isaac Dumont de Bostaquet.

LA RIVE-LAMBERVILLE (demoiselle De), arrêtée et mise dans un couvent.

LA ROCHE-GUILHEM (demoiselles de), Anne, née à Rouen le 24 juillet 1644 ; Ester, née à Rouen le 8 septembre 1647; Elisabeth, née à Rouen le 1er novembre 1648, filles de Charles De LA ROCHE-GUILHEM, écuyer, et de Marie-Anne d'AZÉMAR.

Mesdemoiselles de La Roche-Guilhem étaient petites-nièces, par leur mère, d'Antoine Girard, sieur de Saint-Amant, de l'Académie française, A la révocation de l'édit de Nantes, l'une d'elles, auteur de l'Histoire des Favorites, ouvrage connu de tous les bibliophiles, et d'un grand nombre de romans historiques et autres, dans le genre de ceux de Mlle de Scudéry, habitait Paris. Elle émigra en 1685 en Hollande; on la retrouve plus tard en Angleterre où elle est morte, disent les biographes, vers 1710.

Jusqu'à présent, nous n'avons pu connaître son prénom, mais nous espérons le découvrir un jour, Le lieu de sa naissance était resté inconnu. Il nous paraît bien établi qu'elle est née à Rouen, Son père, originaire du Vivarais, est mort à Paris en 1682, et sa mère, à Rouen, en 1684. On peut l'appeler la Scudéry rouennaise, Son père a été le parrain d'Isaac Duquesne, un des fils du célèbre amiral. Marthe de Caux, mère d'Abraham Duquesne et marraine d'Isaac, est décédée à Rouen, dans la paroisse Saint-Sever , habitée par la famille de La Roche-Guilhem et les d'Azémar , ces derniers maîtres de la verrerie, qui figure dans le plan de Rouen, de Gomboust,

LARROQUE, pasteur de Rouen (la veuve de MATHIEU), et ses deux filles, arrêtées, et, après diverses épreuves, mises en liberté,

LASNON {THOMAS), boucherie Saint-Maclou, 1 C, ; absent.

LAURENS (DANIEL), m, à Judith BUNEL, réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue des Arpents; partie de maison rue Ancrière, occupée par Elisabeth Congnard, veuve d'Abraham Torin,

LAURENS (JEAN), m, à Marguerite JANSSE ; réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

LAURENS {MARIE), née en 1680, réfugiée à Rotterdam.

LAURENS {THOMAS), m. à Judith CONGNARD, réfugié.

Biens abandonnés : Maisons à Saint-Sever et rue des Charrettes, pavillon à Croisset.

LAURENT {ABRAHAM), dinandier, m. à Elisabeth JEFFROY ; leur fils Abraham, âgé de 11 ans en mars 1682, a été enlevé à ses parents.

LAURENT (Elisabeth DAMAS, veuve JACQUES), réfugiée.

Biens abandonnés : Rente sur le prieur de l'abbaye Saint-Michel.

LA VARENNE {demoiselle de), belle-sœur de Madame Legendre, rue Saint-Etienne-des-Tonneliers ; signalée.

LEBAILLIF (JEAN), mercier, rue Ancrière, m. à Elisabeth DELAMARE ; 4 C. , lesquels ont pris et vendu des pièces de toile qui avaient été saisies à la requête du fermier des tabacs.

LEBAS (JUDITH), rue des Avirons, et sa sœur Madeleine, femme de journée, absentes; 4 C. Ont abjuré à l'Hôtel-de-Ville, le 13 novembre.

LEBERQUIER {MARGUERITE), aux Nouvelles-Catholiques.

LEBLANC (ABRAHAM), drapier, rue des Carmes, m. à Marguerite VEREUL, trois enfants et domestiques; 1 L.; réfugié. Maguerite Vereul a été condamnée à une amende, en 1685, pour avoir conduit ses filles au prêche.

Biens abandonnés : Maison à Rouen, fermes à Blainville et à Crevon.

LEBLANC {DANIEL), peaucelier, rue du Gros-Horloge, rn. à Suzanne ROGER, sept enfants; 4 C.; la femme, une fille et une servante, absentes.

LEBLANC (DAVID), proche le moulin Saint-Ouen, m. à Anne HUARD, quatre enfants; a abjuré le 7 novembre à Sainte-Croix-Saint-Ouen .

LEBLANC (DAVID), mercier, rue des Carmes, m. à Catherine LEPLASTRIER, quatre enfants; 1 Cap.

LEBLANC (demoiselles) , réfugiées.

Biens abandonnés : Rentes.

LEBLANC (FRANÇOIS), drapier, rue Herbière, m. à Elisabeth AQUERDICK, deux enfants et domestiques; 2 C.; maison déserte. Réfugié en Hollande.

LEBLANC (ISAAC), drapier, devant la cour des Comptes, m. à Elisabeth LEPLASTRIER, deux enfants; 1 Cap.; a abjuré le 19 décembre à l'Hôtel-de-Ville. Réfugié.

Biens abandonnés : Maison à Rouen; ferme à Castenay, près Blainville .

LEBLANC (Judith DUVAL, veuve JEAN) ; 3 C. Jean Leblanc, en 1650, était ancien de l'Eglise de Rouen.

LEBLANC (PIERRE), marchand, fils de Jean, ancien du Consistoire, rue des Carmes, m. à Suzanne ROGER; a abjuré; inhumé le 17 août 1686, paroisse Saint-Herbland.

LEBORGNE (JEAN), rue Saint-André, m. à Marthe DUBUISSON, enfants, absents; a abjuré.

LEBOULANGER (ARNOULT), rue des Fourchettes, m. à Elisabeth ALLAIS, six enfants, domestiques; a abjuré le 11 décembre à l'Hôtel-de-Ville.

LEBOULANGER (ISAAC), marchand drapier, rue Grand-Pont, m. à Judith COSSART, enfants, servantes et domestiques; 1 Cap., 1 M.-L. Emprisonné au Vieux-Palais, sa femme enfermée dans un couvent. Réfugié.

Biens abandonnés : 2 maisons à Rouen, maison à Quevil1y, ferme à Montigny.

LEBOULANGER (JUDITH), née en 1680, réfugiée à Rotterdam.

LEBOULANGER (NICOLAS), drapier, rue du Petit-Salut, m. à Suzanne DUBUSC ; sa femme et ses domestiques n'ont point abjuré; 1 Cap. Réfugiés.

Biens abandonnés : Corps de logis au Grand-Quevilly.

LEBRUN, fourreur, rue des Carmes, un apprenti hollandais employé chez lui; n'ont pas abjuré.

LECAUF (JEAN), m. à Marie LEBLANC, réfugiés.

Biens abandonnés : Maison rue des Carmes .

LECHALLEUR (NICOLAS) et sa sœur Madelaine, réfugiés.

Biens abandonnés : Rentes.

LECHAPELIER, rue du Fardeau, Hollandais non naturalisé et domestiques; n'a pas abjuré.

LECOINTE (CHARLES), d'Elbeuf, m. à Anne GASSE , réfugié.

Biens abandonnés : Maison et terre à Sahurs .

LECOINTE (JACQUES), de la paroisse de Hersté, proche Rennes, en Bretagne; a abjuré le 4 avril 1685 à Saint-Laurent.

LECOINTE (JUDITH), réfugiée.

Biens abandonnés : Maison rue de la Cage.

LECOINTE {RENÉE), rue Samte-Croix-des-Pelletiers , n'a pas abjuré.

LECOINTE (NICOLAS), rue Grand-Pont, m. à Madelaine DE LA HAVE, un garçon, servante; signalés.

LECOINTE (THOMAS), drapier, d'Elbeuf, m. à Suzanne LEROY, réfugié.

Biens abandonnés : Ferme à Sahurs, plusieurs maisons à Rouen .

LECORDIER (ABRAHAM), marchand, rue Saint-Etienne-des-Tonneliers, m. à Sara WROULING, sept enfants, dont l'aîné enfermé au Vieux-Palais ; son frère et plusieurs domestiques. Réfugié à Rotterdam avec sa femme et ses enfants.

LECORDIER (Anne LESEIGNEUR, femme de), du Mont-aux-Malades, 60 ans, malade; a abjuré le 3 novembre à Saint-Godard.

LECORNU (DANIEL), teinturier, sur l'Eau-de-Robec ; 3 C.; absent, réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

LECORNU (JACQUES), m. à Marie LEFRANCOIS, réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue de la Gerbe.

LECORNU (LUC-DANIEL), fils de Jacques et de Marie BOYER; habile teinturier, introduisit en Prusse l'art de teindre en écarlate; réfugié en Prusse.

Biens abandonnés : Maison rue Saint-Vivien, occupée par Ester Varin, veuve de Thomas Leblanc.

LECORNU (veuve), sur l'Eau-de-Robec; 5 C. qui ont fait un grand désordre, vendu des meubles et une chaudière d'étain servant à la teinture. La veuve Lecornu et sa fille ont été arrêtées et mises dans un couvent.

LECORPS (veuve), sur l'Eau-de-Robec, et son fils; 1 C.; absents.

LECOURAYER (JÉRÈMIE), a abjuré le 2 novembre.

LECOURT (CHARLES), 40 ans, rue aux Juifs, a abjuré à Saint-Lô, le 2 novembre.

LECOURT (JEAN), orfèvre, paroisse Saint-Herbland, m. à Marie DARÉ. Elisabeth leur fille et un jeune garçon, ont abjuré le D novembre à Saint-Herbland. Jean Lecourt est signalé, en 1689, comme religionnaire endurci.

LECOUTEULX, vivant de son bien, rue des Cordeliers ; sa femme et ses enfants en Hollande depuis deux mois.

LECOUTRÈ (femme), un garçon et serviteurs, paroisse Saint-Cande-Le-Jeune, ont abjuré.

LEFAUCHEUR (JEAN), m. à Judith HENRION, réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

LEFEBVRE (ABRAHAM), a abjuré le 21 novembre à Saint-Herbland.

LEFEBVRE (AUGUSTIN), réfugié.

Biens abandonnés : Pièce de terre à Auzouville-l'Esneval.

LEFEBVRE (demoiselles), réfugiées.

Biens abandonnés : Rentes.

LEFEBVRE (GUILLAUME), garçon, rue Grand-Pont,. proche l'église de Saint-Martin-du-Pont, a payé 105 livres pour logement de 2 C. et 1 Cap.; a de la fortune, dit avoir abjuré; signalé ensuite comme absent.

LEFEBVRE (ISAAC), marchand, rue Grand-Pont, m. à Marie COUILLIETTE, enfants; 1 Cap. , M. de la Houssaye. Enfermé dans le couvent des Cordeliers, et sa femme dans un autre couvent.

LEFEBVRE (JACQUES), menuisier, hors Cauchoise, m. à Marguerite AUBLÉ; 1 C. qui a dépensé à la Petite-Notre-Dame 110 sols. Ledit cavalier a pris les outils de ce menuisier pour sûreté de la dépense; a abjuré le 3 novembre.

LEFEBVRE (NICOLAS), chapelier, au Jardin-au-Blanc, m. à Anne FAUCON; 2 C.; a abjuré.

LEFEBVRE (PHILÉMON), a abjuré à Saint-Herbland, le 27 novembre.

LE FOURRÉ, rue du Mail, a abjuré.

LEGENDRE (PHILIPPE), pasteur de l'église de Rouen, historien et théologien, fils de Thomas, marchand et armateur, et de Françoise DE SAINT-LÉGER. Réfugié à Rotterdam.

LEGENDRE (THOMAS), Sr de COLLANDRES, grand armateur, rue Saint-Etienne-des-Tonneliers, frère du pasteur Philippe Legendre, m. à Ester SCOTT DE LA MÉSANGÈRE. Sa belle-sœur, Mademoiselle Chappelier de la Varenne, deux enfants, six domestiques. Madame Legendre a trois jours de délai pour abjurer; mademoiselle de la V ARENNE a abjuré le 17 décembre; Thomas Legendre a été anobli par Louis XIV, avant la révocation de l'Edit de Nantes; il était possesseur d'une fortune considérable; a abjuré.

LEGRIS (PIERRE), chirurgien, rue de la Croix-de-Fer, m. à Marie VERON; absent.

LE JEUNE (JEAN), m. à Hélène DUBREUIL, et quatre enfants; a abjuré à Saint-Herbland, le 2 novembre.

LEMAIGNEN (JEAN) , procureur au Parlement, rue Ancrière, m. à Catherine DELAMARE, cinq enfants. Le mari a abjuré; le reste de la famille non convertie. Le mari rendra raison pour la femme et les enfants ; toute la famille a abjuré.

LEMAITRE (CHARLES), réfugié.

Biens abandonnés : Terre à Pavilly.

LEMASSON, réfugié.

Biens abandonnés : Ferme à Canteleu .

LEMERCIER (LAURENT), catholique depuis longtemps , a abjuré à Notre-Dame-de-la-Ronde ; 1 C. retiré.

LÉMERY (JULIEN), ci-devant procureur, rue de la Prison, paroisse Sainte-Marie-Ia-Petite, m. à Suzanne DUCHEMIN, absent; a loué sa maison à Delacroix. Logeait avec sa mère, son frère, sa sœur et une servante; a abjuré à Amiens, le 13 février 1686. Père du célèbre chimiste Nicolas Lémery.

LEMETAYER (DAVID), orfèvre, rue du Bec, m. à Suzanne LECHALLEUR, absent.

LEMOINE (ABRAHAM), rue de la Pie, paroisse Saint-Sever, proche l'église, sa femme, sa fille et sa mère; tient une maison de fond en comble et encore une autre adjacente à la sienne.

LEMONNIER (JEAN) , m. à Madelaine de l'ESPINE, réfugié.

Biens abandonnés : Terre à Grand-Couronne, maison et masure à Moulineaux, terre à Moulineaux.

LEMOTTEUX (DAVID), mercier, m. à Marie MIRÉ, enfants; réfugié.

Biens abandonnés : 2 maisons au Jardin-au-Blanc.

LEMOTTEUX {enfants de Jean, et Judith FOURGON), réfugiés.

Biens abandonnés : Maisons rues Malpalu, Saint-Eloi, Saint-Etienne-des-Tonneliers, au Jardin-au-Blanc ; terre et maison à Infreville .

LEMOTTEUX {PIERRE- ANTOINE) , littérateur, né le 20 février 1669, à Rouen, fils d'Antoine et d'Isabeau LENUD; réfugié en Angleterre.

LEMERCIER (FRANÇOIS), m. à Marie FULGENT, signalé, en 1689, comme religionnaire endurci.

LEONARD, rue du Fardeau, signalé.

LEPAGE (ANTOINE), ministre de Dieppe, réfugié.

Biens abandonnés : Ferme à Perriers-sur-Andelle, ferme à Saint-Georges-l'Abbaye.

LEPAGE {Elisabeth MARGAS, veuve) et sa fille; a abjuré à Samt-Herbland, le 3 novembre; réfugiée.

Biens abandonnés : Rentes.

LEPERLÉ {JEAN), Marché-aux-Veaux ; 1 C.

LEPIGNAIS (ANNE), servante du sieur Hautot, rue Martainville, a abjuré à Saint-Herbland, le 6 novembre.

LEPLASTRIER {DENIS), orfèvre, rue des Carmes, m. à Anne BOSQUET, domestiques; 4 C. et 1 M.-L... Son fils retiré chez lui, demeure rue aux Ours; l'un et l'autre sont cachés; 1 L. chez Leplastrier fils, rue aux Ours; ce dernier a abjuré à I'Hôtel-de-Ville, le 3 décembre; réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

LEPLASTRIER {JEAN), orfèvre, ancien, secrétaire du Consistoire, devant Saint-Herbland, m. à Charlotte VAILLANT, deux enfants, une domestique. Charlotte Vaillant est parente du procureur général; a abjuré à Saint-Herbland, le 3 novembre; réfugié en Angleterre.

Biens abandonnés : Maison rue du Gros-Horloge, maison proche le Moulin-Saint-Ouen.

LEPLASTRIER (Rachel DUGARD, veuve JEAN) , au coin de la rue du Petit-Salut, absente.

LEPLASTRIER (ROBERT), m. à Anne COSSART en 1683 ; en 1692, à Elisabeth GOULLÉ ; en 1702, à Rotterdam, à Marie LEBLANC, de laquelle il eut quatre enfants, dont Suzanne, née à Londres, décédée à Rouen, rue Etoupée, en juillet 1776, faisant profession de la R. R. Son inhumation a été requise par la veuve Chambard, rue Malpalu, sa parente. Marie Leblanc, veuve de Robert Leplastrier, est décédée à Rouen en octobre 1750 et a été inhumée à sa maison de campagne, à Blainville-Crevon, hameau de Beaumesnil.

Isaac Leplastrier, troisième enfant de Robert, est décédé à Londres en 1741 ; le dernier, Louis-Charles, à Dieppe, en 1763; le deuxième, Robert, à Rouen, en 1735.

LEPLASTRIER (Simon), orfèvre, maison au coin de la rue Grand-Pont et de la place de la Cathédrale, m. à Marie VEREUL, deux enfants et domestiques; 1 Cap., 4 C. Par ordre de Marillac, un inventaire de ses meubles a été fait par Clinchart, aide-major des cuirassiers du roi, le 28 novembre, en présence .d' Abraham Dumont et d' Abraham Langlois, orfèvres.

Simon Leplastrier était propriétaire de la maison qu'il occupait rue Grand-Pont (maison Amail) ; on suppose qu'il a péri en mer avec sa femme et sa fille Catherine ou bien qu'ils auront été assassinés par le maître du vaisseau sur lequel ils s'étaient embarqués, des faits semblables s'étant produits.

LEPREVOST (Anne DUGARD, femme GUILLAUME), a abjuré à Saint-André-de-la-Ville, le 4 novembre.

LEQUESNE (ELISABETH), paroisse Saint-Eloi, sa mère et une domestique; a abjuré le 22 novembre, à l'Hôtel-de-Ville.

LEQUESNE (PIERRE), marchand, m. à Catherine FREMIN, a abjuré le 2 novembre, à Saint-Cande-le-Viel ; réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

LEROUX (JEAN), rue Malpalu, receveur de. la seigneurie d'Yvetot, sa femme et domestiques retirés au château d'Yvetot, à la recette dudit lieu; parlera à M. de Beuvron prochainement; s'il n'apporte son abjuration, il sera pourvu d'un logement.

LESAUVAGE (MARTIN), épicier à la Calende, m. à Jeanne PADELOUR, ses deux filles, une de 25 ans, l'autre de 20 ans, opiniâtres; il les faut avertir; le père a abjuré .

LESEIGNEUR (Adrienne BANASTRE, veuve de NICOLAS), sieur DE BEAUTOT, 68 ans; a abjuré le 3 novembre, à Saint-Lô.

LESEIGNEUR (JEANNE et ESTER), interrogées comme relaps le 7 janvier 1685.

LESEIGNEUR, sieur du MESNIL-VICQUEMARE, signalé ; retiré dans une maison au Jardin-au-Blanc avec mademoiselle de Beautot ; grande fortune; réfugié.

Biens abandonnés : La moitié de la sergenterie de Cailly ; la ferme de Launay, à Saint-Aubin-Ie-Cauf ; la terre du Mesnil-Lieubray, à la châtellenie de la Ferté; fermes à Saint-Denis-sur-Ry, au Mesnil, à Forges, à Boscroger ; au hameau de la Mistaquerie, commune de BeauvoirM-Lyous, à ViIIers, aux Audelys, à Touffreville-le-Cable, à Auberville-la-Campagne ; la ferme d'Epineville à AIlouviIle, trois autres fermes à AIIouviIle, fermes à ValIiquerville, rentes, etc.

LESIRE (Marie LECHALLEUX, femme PIERRE) , drapier-chaussetier, paroisse Saint-Cande-Ie-Jeune, quatre enfants, dont l'aîné, âgé de 4 ans, a abjuré à Saint-Laurent, 'le 27 octobre.

LESOUEF (NICOLAS), tisserand sur treillis, sur les fossés de Cauchoise, m. à Anne POITEVIN, et leur fils Philippe; 3 C. qui ont emporté trois pièces de toile; a abjuré.

LESUEUR (ABRAHAM), tondeur, Pont-de-Robec, m. à Elisabeth LÉGER, et Judith LÉGER; a abjuré à Sainte-Croix-Saint-Ouen, le 3 novembre.

LESUEUR (MICHEL), marchand de grains, rue de la Grosse-Bouteille, près la porte Guillaume-Liop, m. à Marie CAILLOUÉ; leur fils; 2 C.

LESUEUR (SAMUEL) , sieur de COLLEVILLE, fils de Pierre et d'Anne BOCHARD, sœur de Samuel BOCHARD, conseiller au Parlement; s'est vu défaire de sa charge en faveur d'un catholique, peu de temps avant la révocation de l'édit de Nantes.

LETELLIER (Sara LEQUESNE, veuve JEAN) et ses deux filles, ont abjuré le 3 novembre à Saint-André-de-Ia-Ville.

LETEI.JLIER, paroisse Sainte-Croix-des-Pelletiers, sa femme et sa servante, absents .

LETESTU (JEAN), paroisse Saint-Denis, m. à Anne COLOMBEL, signalés.

LETOURNEUR (CATHERINE), 45 ans, a abjuré le 2 novembre à Saint-Lô.

LETOURNEUR (JACQUES), libraire, rue de l'Archevêché, m. à Ester HARDOIN, quatre enfants; a abjuré le 30 octobre à Saint-Laurent.

LETOURNEUR 1'Aîné (ROBERT), rue de la Croix-de-Fer , m. à Eve ROCHEFORT; sa mère; 2 C. ; a abjuré. Réfugié .

Biens abandonnés : Rentes à Rouen et à Bourgtheroulde.

LETOURNEUR (MARIE - ANNE) , Aux NouveIles-Catholiques .

LÉTUDAIS l'aîné, paroisse Saint-Nicolas, sa femme et sa mère; ont abjuré.

LEVALLOIS (ELISABETH), et son mari, paroisse Saint-Maclou; 1 C.; ont abjuré.

LEVASSEUR (GUILLAUME), sieur de BEAUPLAN et des ROCQUES, rue du Vieux-Palais, m. à Elisabeth BOIVIN ; sa sœur, trois enfants, deux servantes, deux laquais; 1 Cap. , 1 M.-L. ; ont abjuré.

LEVÉ (ESTER veuve), au Pont-de-Bois, sur l'Aubette, et trois filles; absentes depuis trois mois. On dit que la plus jeune va chez les sieurs Vandershults et Wroling a1ternativement.

LEVESQUE (PHILÉMON), m. à Elisabeth LAMY, a abjuré le 3 novembre à I'Hôtel-de-Ville.

LEXPERT (dame), chez Hubert, horloger, proche les Cordeliers; 3 C.

L'HUILLIARD (ABRAHAM); rue du Petit-Ruisseau; 1 C. ; a abjuré.

L'HUILLIER (PIERRE), d'Elbeuf, marchand de toiles, rue Sainte-Croix-des-Pelletiers, m. à Rachel LEMARCIS, de Bolbec; servantes; ont été arrêtés le 1.7 novembre 168D, à deux lieues de Dieppe; depuis sont à Rouen sans avoir rapporté leur certificat d'abjuration. L 'huillier arrêté de nouveau à Dieppe; absent; solvable.

LJÉVEN (ANNE), lingère, et sa sœur, filles de Jacob et de Barbe LEVASSEUR, chez la dame des Ormeaux, paroisse Saint-Eloi; signalée.

LIÉVEN (MARIE-ANNE), aux Nouvelles-Catholiques.

LIGNÈRE (demoiselles de), paroisse Saint-Eloi; signalées.

LIMARE (.JEAN), rue Martainville, 35 ans, a abjuré le 4 novembre à Saint-Godard.

LION (JEAN, LÉON et SUZANNE), ont abjuré le 3 novembre à Saint-Lô.

LION (Marie SEIGNEURÉ, veuve JEAN), réfugiée.

Biens abandonnés : Maison rue Neuve, partie de maison rue du RuisseJ.

LOCQUET (ABRAHAM), marchand, rue des Bonnetiers, sa femme et son domestique; menacé de prise de corps le 6 juin 1685.

LOCQUET (ANNE), paroisse Saint-Etienne-des-Tonneliers, son fils, le sieur DES RONDEAUX, sa fille, une servante; réfugiés en Hollande.

LOCQUET (CLAUDE), m. à Suzanne BÉNARD, réfugiés en Hollande.

LOIR {LUCAS), m. à Marguerite HÉBERT; a abjuré le 17 avril 1691 à Sainte-Croix-Saint-Ouen.

LOISILLE (femme), faible d'esprit, rue des Charrettes ; signalée hors d'état de pouvoir abjurer .

LUCAS (ANNE-SUZANNE), aux Nouvelles-Catholiques.

LUCAS (Suzanne REMY, veuve JACQUES), réfugiée.

Biens abandonnés : Un clos rue aux Chiens, rentes.

LUCAS (JEAN), 45 ans, a abjuré le 5 mars 1684 à Saint-Lô.

M

MACON de LINTOT (CHARLES-HERCULE), lieutenant au régiment de Marceau, aux Nouvelles-Catholiques.

MACON de LINTOT (MARIE-EMILIE), aux Nouvelles-Catholiques.

MACON de LINTOT (MARIE-MADELAINE-DÉSIRÉE), aux Nouvelles-Catholiques. Les enfants Macon de Lintot étaient neveu et nièces de Mme d'Ecrainville.

MAHIET (ANDRÉ), réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue des Belles-Femmes.

MAILLARD (JOSIAS), compagnon chapelier, rue du Figuier, a abjuré le 3 novembre à Sainte-Croix-Saint-Ouen.

MAINTRU (ADAM), homme de journée, rue Saint-Eloi, m. à Ester LEBOEUF, un enfant; a abjuré .

MAINTRU (JEAN), rue de la Glos, compagnon chapelier , . m. à Elisabeth RAINE, deux enfants; absents.

MALANDRIN (DANIEL), réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

MALHORTIE (ADAM), rue des Charrettes, sa femme ; réfugiés en Hollande.

MALHORTIE (Ester FOURGON, veuve de JACQUES), réfugiée.

Biens abandonnés : Deux maisons près la Cour des Aides, rue Grand-Pont ; maisons et rentes.

MALLET (DAVID), chapelier, m. à Judith VAUVLIERDEN ; quatre enfants; réfugié.

MALLET (Elisabeth DELAMARE, femme) , rue de la Chèvre, pauvre, absente; 2 C.

MALMAISON (JEAN), fils de Jean, procureur du bailliage de la Houlière, proche la porte Bouvreuil, m. à Elisabeth NOBLET; en son absence 1. C. a emporté ses meubles à l'hôtellerie l'image de Saint-Michel.

MANSEL (demoiselle), rue Saint-Etienne-des-Tonneliers, et une servante, absentes depuis 15 jours.

MARBON, rue Martainville, absent.

MARGAS (NICOLAS), marchand de laines, proche les Cordeliers, m. à Suzanne GUEROULT, absent, sa maison fermée; les 2 C. ont enlevé pour plus de 700 livres de valeur de laine; menacé de prise de corps; a abjuré le 2 novembre à Saint-Vincent.

MARIE (PIERRE), paroisse Saint-Herbland, m. à Marie LEVESQUE; 1. M.-L. et 3 C. ; obstiné.

MARTEL (ISAAC), rue de la Croix-de-Fer, m. à Marie LESIRÉ ; 2 C. ; a abjuré en une des terres de M. le Procureur général. Réfugié.

Biens abandonnés : Deux maisons près le Rempart-Martainville, terre à Vaudrimare.

MASSIEU (LOUIS), m. à Catherine NEPVEU; a abjuré le 17 avril 1691, à Sainte-Croix-Saint-Ouen.

MASSIEU (Catherine PANTIN, femme NICOLAS), a abjuré en 1697 à Saint-Herbland.

MATHEUS (MARIE-LOUISE), au château des Alleurs, aux Nouvelles-Catholiques.

MAUBERT (MARC), réfugié à Londres

MAUDION (DANIEL), compagnon chapelier, m. à Judith FLEURIOT, cinq enfants dont deux absents, en Vivarais ; leur fils Jérémie, âgé de 10 ans, disparu, a été retrouvé au bout d'un an, après avoir échappé à ses gardiens à qui M. de Grainville, qui s'en était saisi, l'avait donné en garde.

MAUDUIT, menacé de prise de corps en 1685.

MAUGER (JACQUES), rue des Charrettes, m. à Marie-Elisabeth BIGORNE, a abjuré le 2 novembre, à Saint-Etienne-la-Grande-Eglise.

MAURICE (DANIEL) , né en 1679 , réfugié à Rotterdam .

MAURICE (GUILLAUME), réfugié à Londres.

MAURICE (ISAAC), m. à Marthe MAYER, réfugié.

Biens abandonnés : Maison hors le pont.

MAURICE (JEAN), réfugié à Londres.

MAURICE (MARTHE), née en 1682, réfugiée à Rotterdam.

MAURICE (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques en 1717.

MAURICE (PIERRE), brasseur, m. à Marie LEBLANC. Pierre Maurice, après avoir été inquiété, a abjuré. En l'absence de sa femme, il jeta sa fille Madelaine, âgée de 12 ans, dans un couvent, l'enfant se débattit jusqu'à rompre les glaces de la chaise dans laquelle on l'enlevait.

MAYER (JEAN), 30 ans, a abjuré le 20 octobre !683 à Saint-Lô.

MÉHÉRENC (LOUIS De), sieur DE LA CONSEILLÈRE, avocat au Parlement, rue des Carmes, m. à Catherine BEUZELIN, absent; 4 C, Originaire de 1a Basse-Normandie, de la Conseillère fut arrêté en voulant se sauver à Jersey. Ses trois filles enfermées aux Nouvelles-Catholiques. A écrit des lettres touchantes à Marie, l'une d'elles. Ces lettres ont été imprimées. A abjuré le 1er Janvier 1710 à Sainte-Croix-Saint-Ouen. Réfugié à Hambourg. (Voir Benjamin Beuzelin).

MEL (JUDITH), devant l'église Saint-Eloi, trois domestiques; a abjuré.

MENAGER (Elisabeth-Suzanne DUBOC, femme JEAN), réfugiée.

MERIOTTE (DAVID), cordonnier, rue Martainvi!le, m, à Marie-Ester BLONDEL, poursuivis comme relaps.

MESNIL, réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

MICHEL (ABRAHAM), né à Pont-Audemer, m. à Marie TOCQUEVILLE, réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue de la Vicomté ,

MICHEL (NICOLAS), réfugié.

Biens abandonnés : Rentes.

MIFFANT (ELISABETH), paroisse Saint-Maclou, a abjuré à l'Hôtel-de- Ville, le 25 novembre .

MIRÉ (ROBERT), m. à Madelaine LEMOTTEUX, réfugié à Londres.

Biens abandonnés : Maisons rue Potard et rue du Bac, jardin à Dieppe.

MISTOTT, cordonnier, près les Cordeliers, a déserté; sa maison est garnie de meubles, le C. l'a fait ouvrir .

MOLLET DE LA PRAIRIE, aux Nouvelles-Catholiques.

MONTIER (JEAN), m. à Jeanne LESUEUR, interrogé comme relaps. réfugié.

Biens abandonnés : Maisons au Jardin-au-Blanc el rue des Charrettes, terre à Saint-Denis-du-Bosc-Guérard.

MONTIER (PIERRE), mégissier, rue du Figuier, m. à Marie FREY, trois enfants, domestiques, riche, très obstiné ; 4 C. Réfugié.

Biens abandonnés : Moulin à draps, avec maisons et bâtiments à Darnétal ; maison et terre à Bois guillaume.

MORIN (GUILLAUME), marchand mercier, né à Caen,. rue du Gros-Horloge, m. à Sara VEENEMAN, enfants, domestiques; 3 C.

MOUCHARD (PIERRE), menuisier, au bas de la rue du Chaperon, absent. Les voisins ont rapporté qu'un soldat avait vendu pour 32 livres de meubles à un nommé Robin Morisse, serrurier, et à un nommé Reveron, son voisin.

MOYSANT (demoiselles), rue Malpalu, absentes; ont abjuré.

MOYSANT (Ester LESEIGNEUR, veuve TOBIE), condamnée à 50 livres d'amende, en 1681, pour avoir conduit au prêche des enfants dont les parents étaient morts catholiques.

N

NÉE (GENEVIÈVE), aux Nouvelles-Catholiques.

NÉEL {FRANÇOIS), né à Lammerville; paroisse Saint-Etienne-des-Tonneliers, m. à Catherine CARON; sa femme condamnée comme relaps et sommée de présenter son petit-fils, François Néel; la servante a promis d'abjurer. La mère de François Néel, réfugiée en Hollande, où Catherine Caron a été la rejoindre il y a trois mois.

NÉEL {FRANÇOIS), fils de Jacques, vinaigrier, et de Geneviève MAUGER, inquiété après la destruction du temple de Quevilly.

NÉEL {JACQUES), m. à Anne AUGER, réfugié.

Biens abandonnés : Ferme à Saint-Victor-l'Abbaye.

NÉEL {ROBERT), frère du précédent, m à Françoise MOySANT, réfugié.

Biens abandonnés : Ferme à Saint-Victor-l'Abbaye.

NÉRON (MICHEL): m. à Marie DUVAL, réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue des Trois-Pincettes, à l'enseigne du Mont-Sara ; maison rue du Château; fermes à Sahurs, à Anneville-sur-Duclair ; rentes.

NÉRON {PIERRE), m. à Catherine FOURDRAINIER, réfugié.

Biens abandonnés : Maisons à Rouen, fermes à Sahurs et à Anneville-surDuclair .

NOBLEMARE (demoiselle de), rue Ecuyère, en chambre chez mademoiselle Lemercier; absente.

NOBLET (Marie GRISEL, femme d'ABRAHAM), et Marie NOBLET, sa fille, ont abjuré le 3 novembre à Saint-Andréde-la-Ville.

NOBLET (BENJAMIN), m. à Françoise AGASSE, réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue Ancrière. -

NOBLET (JACOB), rue des Charrettes, m. à Catherine BAULDRY, interrogé, ainsi que son frère Benjamin, à l'occasion de poursuites dirigées contre les relaps.

NOBLET (JACQUES), m. à Marie RENOULT, signalé.

NOBLET (Marie LEVILLAIN, veuve de PIERRE), paroisse Saint-Sever; 1 Cap. ; absente.

NOEL (Marthe DE BAUQUEMARE, veuve de NICOLAS), rue Saint-Eloi, et ses enfants; 4 C.; ont abjuré; un enfant, Pierre, réfugié en Hollande.

NOURY (ESTER), femme de journée, clos des Parcheminiers, absente depuis six semaines.

O

ORMEAUX (Elisabeth VANDERSCALQUE, veuve LOUIS DES), rue Saint-Eloi, quatre enfants, Anne DELAUNAY, sa servante; 1 M-L. ; ont abjuré; deux enfants réfugiés en Hollande.

ORMEAUX (Marthe BEUZELIN, veuve JEAN DES), rue du Fardeau, et sa servante, n'ont point abjuré.

OSMONT (Catherine ROUSSEL, femme de JEAN), a abjuré le 29 juillet 1684 à Saint-Eloi;

OUILLET (ONFROY), rue des Crottes, m. à Marie SMITH, trois enfants; absents.

P

PAIX-DE-COEUR (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

PANTIN (époux), signalés, en !689, comme religionnaires endurcis.

PANVIER (PIERRE), marchand, rue de la Lanterne, a abjuré le 30 octobre à Saint-Laurent.

PAPAVOINE (ALEXANDRE), rue Potard, maître de la voiture d'Elbeuf, m. à Martine GOUELLE, en fuite pour mauvaises paroles, ainsi que sa femme; 2 C. Il y a des meubles pour payer .

PAPAVOINE (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

PATENOTRE (ANTOINE), compagnon sucrier, rue Mamuchet, m. à Marie GENTE, un enfant; a abjuré.

PATENOTRE (PIERRE), compagnon sucrier, rue Mamuchet, sa femme, domestique; signalé.

PATERSON (JUDITH), 14 ans, fille de Pierre et de Marie ROMIEU, a abjuré le 7 novembre à Saint-Cande-Ie-Jeune.

PAULIN (ISAAC), rue des Carmes, qui avait abjuré le 22 octobre avant l'arrivée des soldats, a eu 2 C. envoyés. chez La Rivière à la Tour-d'Argent.

PAUMIER, peigneur, absent, 1 C.

PELGRON (GODARD et JACQUES), près les Cordeliers, réfugiés.

Biens abandonnés : Maison à usage de sucrerie, rue Saint-Denis, occupée par Thomas Legendre; rentes

PÉRÈRE (CLAUDE), aux Nouvelles-Catholiques.

PÉRIER (ETIENNE), compagnon marinier, proche la porte Saint-Denis, m. à Marie RENOULT, et la nommée REGNAULT, absents, ainsi que le nommé RENAUD; 2 C. renvoyés à l'enseigne de Saint-Christophe.

PÉRIER (PIERRE), rue du Vieux-Palais, m. à Catherine ROGER, et le nommé BUNEL, prisonnier au bailliage, absents. M. Boutren, conseiller à la Cour des Aides, propriétaire de la maison, a donné 2 écus aux cavaliers.

PERNU[T (PIERRE), peigneur, paroisse Saint-Maclou, m. à Suzanne PESTEL, Marthe et Catherine, leurs filles; ont abjuré le 30 octobre à Saint-Laurent.

PERROT, né en 1677, à Rouen, compagnon de voyage de François Leguat, réfugié.

PETIT {JUDITH) , chez le sieur Goullé, a abjuré le 4 novembre à Saint-Herbland.

PETIT (MARIE), fille de Charles PETIT, a abjuré le 1er novembre à Saint-Cande-Ie-Jeune.

PETIT {veuve), rue du Ruissel, et sa fille, absentes, a abjuré.

PIEDEFER (JACQUES), compagnon toilier, au Jardin-au-Blanc, m. à Marie LEVALLOIS, absent depuis un mois; réfugié en Hollande.

Biens abandonnés : Ténement de maisons près le Pont-de-Robec.

PIEDELOUP, rue Herbière, inconnu; 1 C. renvoyé.

PIERRENÉ (demoiselle), rue Herbière, inconnue; 1 C, renvoyé.

P[GNÉ (MARIE et SUZANNE), filles de Jean et de Madelaine MARTEL, ont abjuré le 2 novembre à Saint-Cande-le-Vieux.

PIGNY (JEAN), .praticien, compagnon de voyage de François Leguat, réfugié.

PIMENTEL (ESTER), aux Nouvelles-Catholiques,

PITERSON (ISAAC), sieur d'ECAQUELON, gentilhomme, vivant de son bien, proche Saint-Eloi, m. à Catherine DIERQUENS, quatre domestiques; 1 L. ; a abjuré le 19 décembre à l'Hôtel-de-Ville. Sa femme arrêtée et mise dans un couvent.

PITERSON, près le Gros-Horloge; 1 C. ; a abjuré le 9 novembre.

POIRIER (PIERRE), vinaigrier, rue du Vieux-Palais, m. à Suzanne BUNEL, enfants; le sieur BUNEL et une cousine, le dit Poirier, prisonnier au bailliage; sa femme, un garçon , et le sieur Bunel, absents.

POITEVIN (PIERRE-ROBERT), tapissier, à Elbeuf, m, à Suzanne RENARD, veuve d'Abraham ROBELOT, tapissier à Elbeuf. Son fils Jonas a été enlevé en janvier 1683,

PONT (Aune TOCQUE, femme MICHEL), a signé l'état des meubles qui ont été vendus par les cavaliers de la compagnie de M. de Caux, le maître de camp des cuirassiers, appartenant à Isaac Lefebvre.

PONTIN (ISAÏE), orfèvre, rue des Carmes, m. à Ester ALLAIS, absent, deux enfants en Hollande; 1 C.; a abjuré.

PORRÉE (JEAN-BAPTISTE), du collège des médecins de Rouen, paroisse Saint-A,ndré-de-Ia-Vi!le, veuf de Françoise TYNDALE; poète; a été médecin de Charles II, roi d'Angleterre ; réfugié.

PORRÉE (JEAN), médecin, près le Vieux-Palais, fils de Jean-Baptiste et de Françoise TYNDALE, m. à Marie FERRAND, un petit garçon; le sieur BRUNET et sa cousine ; absents; n'ont point abjuré. Réfugié à Berlin.

PORRÉE (JONAS), frère de Jean-Baptiste, paroisse Saint-Vincent, m. à Marthe MORISSE, deux enfants; auteur du Traité des anciennes cérémonies.

PORTERET (GERMAIN), m. à Marie ACQUE, réfugié à Londres.

Biens abandonnés : Maison rue Salnt-Vincent, maison à Saint-Aignan,

PORTERET (JACQUES), vinaigrier, m. à Ester AUBER ; poursuivi comme relaps.

PORTERET (THOMAS), plâtrier, rue de l’Aumône; a abjuré le 2 novembre, à Sainte-Croix-Saint-Ouen.

PORTERET (veuve), faubourg Saint-Sever, absente depuis trois mois; 2 C.

POUCHET (MARIE), fille d'Abraham Pouchet et de Marie LANQUETUIT, de Bolbec; aux Nouvel!es-Catholiques.

POULAIN (Catherine DEPEIIIS, femme JEAN), de Saint-Remy de Dieppe, et Jeanne CROCHEMORE, sa fille, du premier lit; Nicolas CROCHEMORE, son fils; a abjuré le 14 novembre à Saint-Eloi.

POULAIN (GUILLAUME), de Dieppe, prisonnier à la Conciergerie, a abjuré le 18 mai 1683, à Saint-Lô.

PRESTEL (THOMAS), rue de l'Aumône, m. à Marie LECLERC, quatre enfants; a abjuré le 3 novembre, à Sainte-Croix-Saint-Ouen.

PREVOST (JUDITH), accusée comme relaps.

PRINGLE (ROBERT), devant Saint-Eloi, m. à Marguerite MAURICE, trois filles, valet et servantes, absents; n'ont point abjuré, à l'exception d'une fille.

PRUDHOMME (DAVID), rue du Figuier, compagnon chapelier, absent ainsi que sa famille.

O

QUESNÉ (ETIENNE) , plâtrier, rue de la Prison, m, à Elisabeth CAUMONT; les enfants et la nommée RENAULT ont déserté; 1 C. La femme Quesné est à Quincampoix. Le nommé CAUMONT se retire tantôt chez Vastier, rue Saint-Vivien, tantôt chez Dugard, rue des Boucheries-Saint-Ouen ; a abjuré. .

QUERUEL (GABRIEL), compagnon drapier, m. à Marie ONFROY; Louis, leur fils, âgé de 6 ans, et leur fille Marie, de 10 ans, enlevés en octobre 1682, malgré la résistance de la mère, par le curé d'Elbeuf, où ledit Queruel travaillait dans la draperie.

QUÉVREMONT (ETIENNE), fils d'Etienne, avocat, m. à Françoise THIERRY, menacé de prise de corps comme relaps.

R

RABDON (DE), sur la Petite-Chaussée, au bord de l'eau, signalé.

RAFFY (JUDITH), 20 ans, a abjuré le 3 novembre à Saint-Lô.

RAFFY (PIERRE), m. à Marie DUPONT, menacé de prise de corps.

RAULT (famille), pannetiers, rue des Bonnetiers; la veuve RAULT, Isaac, Louis et Pierre RAULT, ont abjuré le 2 novembre à Saint-Etienne-Ia-Grande-Eglise.

RÉAL (MOÏSE), aux Nouvelles-Catholiques.

REGNARD. commissionnaire, au Moulin-Saint-Ouen, et sa fille, absents.

REGNAULT (MARIE) , chez le sieur Boursigny, rue Grand-Pont, fugitive.

REGNAUI..T (JACOB), paroisse Saint-Eloi, m. à Suzanne OUMONT ; son caissier; signalés.

REGNAUL T (JACQUES), paroisse Saint-Eloi, domestique de Mme Noël; signalé.

REIMS, rue du Fardeau, beau-frère du sieur GUILLOTIN propriétaire de l'hôtel le Cadran-de-Mer; signalé.

RÉMY (ABRAHAM), m. à Marie DUBOSC, a abjuré le 3 novembre à Saint-Herbland.

RÉMY (ROGER), peaucelier, rue du Gros-Horloge, m. à Judith MAMIAUX, ses enfants, Daniel et Anne; 4 C. ; ont abjuré. Leur fils, Daniel, âgé de 23 ans, s'est enfui. Réfugié..

Biens abandonnés : Maison rue du Poisson, au coin de la rue de la Roche.

RENAUL T (MARIE), absente, revenue depuis; a abjuré.

RIARD, signalé.

RIBEUF (demoiselle de), aux Nouvelles-Catholiques.

RITZ, rue d'Enfer, deux enfants, réfugié depuis longtemps.

RIVETTE (NOEL), m. à Isabeau BOURSIER, menacé de prise de corps.

ROBIN (MARGUERITE, MARIE et SUZANNE), aux Nouvelles-Catholiques.

ROESSE (JEAN DE), seigneur de BEUZEVILLETTE, et autres lieux, rue du Sacre, m. à Elisabeth CHAPPELIER, enfants et domestiques ; parlera incessamment à M. de Beuvron; le mari a abjuré le 10 novembre.

ROGER (ABRAHAM), marchand, rue des Carmes, m. à Anne HELLOT; 3 C. ; a abjuré à Saint-Herbland, le 4 novembre.

ROGER (DANIEL), peaucelier, rue du Gros-Horloge, m. à Marie BADIN, un enfant; a abjuré à Saint-Laurent le 31 octobre. Signalé ensuite comme absent.

ROGER (DAVID), m. à Rachel LESIRE, trois enfants, Anne, Suzanne et David; réfugiés à Berlin; Imprimeur et libraire de Son Altesse Electorale. Il a imprimé l'ouvrage de Charles Ancillon, Histoire de l'établissement des réfugiés français dans les Etats de Son Altesse Electorale de Brandebourg, in-8, Berlin, 1690.

ROGER (MARIE-ANNE), aux Nouvelles-Catholiques.

ROGER (PIERRE), garçon, proche la porte Jean-Lecreur . 2 C. qui ont fait une ouverture à la maison et vendu 60 livres de meubles; absent. S'est retiré avec sa mère chez Daniel Roger, son parent.

ROGER (PIERRE) l'aîné, marchand de grains, rue malpalu, m. à Anne DES ESSARTS, trois enfants, a abjuré le 2 novembre; 4 C. ont voulu entrer de force chez lui ; réfugié.

Biens abandonnés : Deux maisons à Rouen, hors le Pont, proche le Mail; maison faubourg Saint-Hilaire.

ROGER (Judith ERNAULT, veuve PIERRE), rue Malpalu, proche la Tuile-d'Or; 2 C. , lesquels ont vendu à divers particuliers pour 15 livres de meubles; a abjuré; a abandonné sa maison.

ROGER (SAMUEL), marchand de grains à la Basse-Vieille-Tour, m. à Ester DUBUSC ; sa femme et son fils à Paris. Une nièce âgée de 12 ans, Hollandaise, est retournée en Hollande, où son père est depuis 15 ans. Réfugiés.

Biens abandonnés : Maison à la Basse-Vieille-Tour.

ROGER (veuve), née Elisabeth LEPLASTRIER, à la Basse-Vieille-Tour, absente; 2 C.

ROMIEU (ABRAHAM), m. à Marie AUVRAY, réfugié.

Biens abandonnés : Deux maisons rue de la Clef.

RONDEAUX (veuve DES), vivant de son bien, rue Ancrière, son fils et deux domestiques, absents, à la campagne, près le Bosc-le-Hard.

RONDEL {LOUIS), rue Ganterie, m. à Elisabeth-Gertrude PELGRON; servante; a abjuré.

ROSIER {ABRAHAM), compagnon chapelier, clos des Parcheminiers, m. à Elisabeth FOURGON, réfugié.

ROSIER (DAVID); compagnon chapelier, clos des Parcheminiers, frère du précédent, m. à Sara BUSQUET, réfugié.

ROSIER {ETIENNE), m. à Judith FIQUET, réfugié.

Biens abandonnés : Un corps de logis rue de la Cage.

ROUMIER (JEAN), rue de la Clef, m. à Judith NÉRON; son gendre, le sieur Dufour et sa femme, absents; 1 C. envoyé au cabaret Au Pont-de-Bois, sur l'Aubette.

ROUTIER {MARTHE), aux Nouvelles-Catholiques.

ROUVAL {DE), Hollandais, paroisse Sainte-Croix-Saint-Ouen, deux enfants; a abjuré.

ROUXEL {FRANÇOISE), et sa fille, femme de chambre de Mme Cauvin, rue des Charrettes, ont abjuré à l'Hôtel-de-Ville.

RUEL (DANIEL), m. à Henriette LOPPÉ, réfugié.

Biens abandonnés : Ferme à Boos, maison à Rouen, au bas de la rue des Augustins, près la Tuile-d'Or; maison rue du Figuier.

RUMARE (DE) , gentilhomme, rue du Gros-Horloge, absent.

S

SAINT-AMAND, femme de journée, rue du Battoir ; 1 C.

SAINT-AMAND (MATHIEU), paroisse Saint-Eloi, m. à Marguerite LEFEBVRE; son caissier; n'ont point abjuré.

SAINT-LEGER (demoiselle DE), aux Nouvelles-Catboliques.

SALLE (femme), et un domestique, chez Mme Legendre, rue Saint-Etienne-des-Tonneliers, ont promis d'abjurer .

SAPULLIER, Hollandais, rue du Fardeau, absent, peut supporter un logement.

SARRAZIN (DAVID), m. à Anne ABLIN, réfugié à Londres.

SAVARY (JEAN), rue du Fardeau, peut recevoir un logement.

SAUSSAIE (demoiselle) , d'Alençon, aux Nouvelles-Catholiques.

SAUVAGE, rue Saint-André, sa femme et sa fille, signalés.

SAUVAGE, épicier, rue du Change; 1 L., 2 C. Le cavalier Valogne, par force, l'obligea de lui donner 20 livres ; a abjuré. Un de ses fils réfugié en Hollande. Ses deux filles ont été enfermées dans un couvent.

SAUVALLE (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

SE[GNEURÉ (MARIE), 61 ans, a abjuré le 5 novembre, paroisse Saint-Lô.

SELLES (JEAN), rue des Crottes, m. à Marguerite LHUILLIER, trois enfants. Selles a abjuré, sa femme et ses enfants absents.

SEMENT (SAMUEL), paroisse Saint-Maclou, a abjuré.

SERVANTE(la) de l'hôtel du Cadran-de-Mer, paroisse Saint-Jean, signalée.

SEVRÉ (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

SIGNARD (NICOLAS), avocat, rue de l'Ecureuil. proche Saint-Laurent, m. à Catherine LEBLANC; sa famille; absents ; 5 C. M. Du Ret occupe la maison.

SIMON (ABRAHAM), paroisse Notre-Dame-de-la-Ronde, m. à Elisabeth VEREUL, a défrayé 3 C. et leur a payé 20 livres. Sa femme a été enlevée dans un couvent dans le carrosse de M. de Beuvron. Abraham Simon a subi une longue détention. Les portes de sa prison ne lui ont été ouvertes que peu de jours avant sa mort. Ses quatre filles, Marie-Anne, Judith, Anne et Marie, ont pu passer à l'étranger .

SIMON (DAVID), coffretier, rue Massacre, m. à Madelaine MAURICE. Sa femme, fort opiniâtre, a été mise dans un couvent; le mari, absent, a abjuré par la suite.

SIMON (demoiselle) , aux Nouvelles-Catholiques.

SIMON (JEAN), m. à Marie-Anne CROSNIER, réfugié.

Biens abandonnés : Partie de maison rue Saint-Marc.

SIMON (Ester LESTURGEON, femme JEAN), rue aux Ours, 60 ans, signalée.

SIMON (Anne AVEAUX, veuve CLAUDE), rue Ancrière, deux filles absentes; 2 C. ; n'a pas abjuré.

SIMON (MARIE-ANNE), aux Nouvelles-Catholiques.

SORET (THÉODORE), paroisse Saint-Eloi, m. à Elisabeth HUBERT; 2 C. ; a abjuré.

SOTMANCEL le jeune (veuve) et Anne DELAUNAY, paroisse Saint-Eloi, signalées.

STUART (JEAN), aux Nouvelles-Catholiques.

T

TASSON, rue aux Ours, signalé comme n'ayant point abjuré.

TAUVEL (MICHEL), m. à Elisabeth NOBLET , réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue du Petit-Enfer.

TESTU (femme) , rue d’Enfer, ses enfants, ont abjuré à Saint-Eloi.

TESTU (RICHARD), vivant de son bien, sa femme et domestiques; 2 C.; a abjuré 19 décembre à l'Hôtel-de-Ville.

THEROULDE (MARTHE), aux Nouvelles-Catholiques.

THÉVENIN (JEAN), bonnetier, rue Grand-Pont, m. à Judith DULIS; 1 C.; emprisonné au Vieux-Palais, a abjuré.

THIENS (ABRAHAM), marchand, ancien du Consistoire, m. à Wilhelmine WANBURG, réfugié à Rotterdam.

THIERRY (PAUL.), écuyer, sieur DE LA MOTTE-LALLIER, capitaine au régiment de Navarre, fils d'Isaac et de Suzanne BOSQUET, élection d'Arques ; réfugié en Hollande,

Biens abandonnés : Héritage à Blainville-sur-Ry, maison et terre hameau du Catillon, paroisse d'Elbeuf-sur-Andelle ; fermes à Beaunay et à Anglesqueville.

THORÉ (CHARLES), vis-à-vis du Jeu-de-Paume, absent.

THOREL, sieur de CHARLEMONT (Anne BAULDRY, veuve JEAN), paroisse Saint-Vincent. Philippe, son fils, a abjuré à Saint-Laurent, le 2 novembre.

THOREL (SAMUEL), sieur de CHARLEMONT, m. à Anne ANTOINE, inquiétés pour avoir conduit leurs filles au prêche.

THORIN, ancien de l'Eglise de Saint-Malo (Jacqueline DUVIVIER, veuve JEAN), rue de la Madelaine, signalée comme . n'ayant point abjuré.

TIERCE (Marthe CONGNARD, veuve du sieur), tante de Jacques Basnage, réfugiée.

Biens abandonnés : Héritage à Canteleu, 2 maisons à Rouen, 3 maisons et terres à Croisset, rentes.

TIFFE (ISAAC de), Hollandais, paroisse Saint-Eloi, servante; 2 C. ; n'a point abjuré.

TIREL (JEAN), pasteur de Chefresne et Gavray, arrêté avant la révocation de l'Edit de Nantes, emprisonné à la Conciergerie du Palais-de-Justice de Rouen.

TOBIE (ANNE), rue Haranguerie. Sa fille, retournée chez le sieur LEBOULANGER, a promis d'abjurer.

TOD (Anne MANOURY, veuve GUILLAUME), réfugiée.

Biens abandonnés : Maison rue Sainte-Croix-des-Pelletiers, à l'image de Saint-Benoist ; plusieurs maisons.

TONNEFER, paroisse Saint-Martin-du-Pont, absent ; 2 C. La maison vide de tous les meubles.

TORIN (ABRAHAM), droguiste, m. à Sara LEBLANC, réfugié.

Biens abandonnés : Maison derrière les murs, paroisse Saint-Etienne-des-Tonneliers ; magasin rue Cauchoise, cour Giffard; maisons rue Cauchoise.

TORIN (BERNARD), m. à Marie COSSART, réfugié.

Biens abandonnés : Maison derrière les murs, paroisse Saint-Elienne-des-Tonneliers; maison rue Sénécaux.

TORNE (ABRAHAM), chaudronnier, paroisse Saint-Sever , signalé.

TOURTON, logé à l'hôtel du Cadran-de-Mer, rue Gros-Horloge, s'est retiré chez un ami, a de la fortune; 1 Cap.

TRANCHEP AIN (FRANÇOIS) , m. à Elisabeth LEXPERT, rue Pomme-d'Or, n’a point abjuré.

TRANCHEPAIN (PIERRE), marchand, devant les Cordeliers, m. à Marie ABLIN ; religionnaire endurci; sa femme, sa fille et ses serviteurs absents; a commencé à déménager partie de ses meubles chez Mme Tierce, rue Saint-Etienne-des-Tonneliers. Réfugié à Rotterdam.

Biens abandonnés : Maison rue des Bonnetiers, derrière l'Archevêché, où pend l'enseigne de l' Eau de Bourbon; maisons rues des Bonnetiers et des Bons-Enfants; terre à Notre-Dame-de-Franqueville.

TRESTAIN, paroisse Saint-Eloi, m. à Marie QUESNEL ; servante; signalés.

TREVACHE (Madelaine BLACKFORD, veuve DANIEL) , réfugiée.

Biens abandonnés : Deux maisons rue des Cordeliers.

TRUBERT (ESTER), paroisse Saint-Eloi; 1 C. ; a abjuré.

TRUBERT (LOUIS), rue des Charrettes, m. à Marie LEROUX, absent; 1 C. ; a abjuré à Paris.

TRUGARD le jeune (PIERRÈ), rue Ancrière, m. à Marie SOIGNET ; a abjuré.

TRUGARD (Florimonde DUBUSC, veuve PIERRE), paroisse Saint-André ; son fils; signalés.

V

VALDON (DE), à la Petite-Chaussée, en chambre; prisonnier au bailliage.

VALKEMBOURG, Hollandais non naturalisé, rue du Fardeau, un serviteur, une servante; a abjuré.

VANDALLES (CATHERINE, MADELAINE et SARA), filles de Samuel et de Sara OCHUSE ; l'aînée (Sara), âgée de 14 ans, enfermée dans le couvent de Bellefond ; refugiées.

Biens abandonnés : Fieffe de 2215 livres; une maison cour de I'Huitre, rue Coquereaumont, enclavée dans le couvent des religieuses de Saint-François; maison rue de la Vicomté, occupée en 1.688 par Domergue, fermier général; grand magasin, rue Herbière.

VANDALLES (ELISABETH et MARIE), rue de la Vicomté, filles de Pierre et de Madelaine BAULDRY, cousines des précédentes; 2 C. Madelaine Prevost demeurant chez elles a abjuré. Les deux demoiselles Vandalles ont été enfermées dans un couvent.

VANDERHULST (ANTOINE), originaire de La Haye, rue du Fardeau, m. à Sara V ANDERSCHALQUE ; Hollandais naturalisé ; enfants et domestiques; recommandé par De Choiseul-Beaupré, commandant les cuirassiers; n'a pas eu de logement. Signalé en 1689 comme religionnaire endurci. Bon négociant duquel Louvois se sert très souvent. Il ne se trouve à aucune assemblée; est le solliciteur de ceux de la religion qui ont des affaires.

VANDERSCALQUE (ABRAHAM), m. à Anne WROULING, réfugié.

Biens abandonnés : Maison sur le chemin des Bonnes-Nouvelles.

VANDESPRAN (veuve), rue Ecuyère, son fils, sa fille et sa servante, ont abjuré; retirés chez le sieur Capres.

VANEMERY , marchand, rue de la Pie, paroisse Saint-Sever, trois enfants et sa belle-fille ; Hollandais établi depuis 40 ans à Rouen; a abjuré.

VAN HEREUL , Hollandais. paroisse Saint-Etoi ; signalé .

VAN HOURME, Hollandais, paroisse Saint-Eloi ; signalé .

VANIER, rue d'Enfer, inconnu; 1 C. renvoyé.

VAN MUSSY, rue de la Pie, paroisse Saint-Sever, deux petits enfants; la maison et le jardin lui appartiennent ; n'a point abjuré.

VAN VLIERDEN (NICOLAS), Hollandais naturalisé, m. à Marie LOOTEN ; réfugié.

Biens abandonnés : Maison et jardin à Dieppedalle.

VARENGUE (ELISABETH), chez M. Emery, a abjuré le 9 novembre, à Sainte-Croix-Saint-Ouen.

VARENGUE (MARIE) , au Pont-de-Robec, dans une chambre du sieur Demante; trois filles dans la même chambre; signalées.

VARIN (GUILLAUME), peaucelier, rue du Gros-Horloge, m. à Suzanne ROGER; 3 C.

VARIN (PIERRE), chapelier, m. à Marie DES ESSARTS, menacé de prise de corps; réfugié.

Biens abandonnés : Maison à Quevilly, à l'enseigne du Chien-Mâtin; deux maisons à DieppedaIle.

VARIN (CATHERINE), aux Nouvelles-Catholiques.

VARIN (Elisabeth MONTIER, veuve JACQUES) et ANTOINE BODVET, marchands, rue de la Madelaine, ont abandonné leur maison. La vente du mobilier faite, il n'est resté aucun denier; 2 C. renvoyés.

VASSEN, marchand, Hollandais, rue aux Ours, habitué à Rouen depuis plus de 50 ans; n'a point abjuré; serviteurs, dont une servante catholique; 1 L., 4 C.

VATEMER (ANTOINE), réfugié.

VADDEMONT (demoiselle), aux Nouvelles-Catholiques.

VADMARQUE (ISAAC), rue du Chaudron, m. à Anne DROUET. La femme a été arrêtée en se retirant hors du royaume.

VADMISSE, rue Herbière, absent; 1 C.

VÉ (ESTER), clos Saint-Marc, et ses trois filles, absentes ; 1 C.

VEET (DE), chez M. Signard, rue de l'Ecureuil, n'a point abjuré.

VEREUL (ABRAHAM), chapelier, rue Martainville, à l'enseigne du Linot, m. à Ester SIMON, Ester, leur fille, absents; 1 M.-L. Abraham, leur fils, né en 1678, fut traîné sur la claie par les écoliers des Jésuites, et ses parents, en habits de deuil, durent assister à son supplice. Réfugié à Rotterdam.

Biens abandonnés : Maisons rue Gros-Horloge et rue MaIpalu ; ferme du Creux-Noyer, à Gaillon.

VEREUL (ADAM), chapelier, rue Martainville, m. à Marie GOULLÉ, quatre enfants: Adam, Marie, Abraham et Etienne ; la femme Vereul, envoyée chez son père, a abjuré, après avoir été emprisonnée; 2 L. Réfugiés.

Biens abandonnés : Deux maisons à Rouen.

VEREUL (JEAN), chapelier à l'enseigne du Castor, rue Martainville, m. à Anne ROGER, une fille; réfugiés.

Biens abandonnés : Maisons rue Martainville et rue Grand-Pont ; jardin près le Moulin-Saint-Yon.

VEREUL (Elisabeth ROGER, veuve JEAN), rue Martainville, trois filles, absentes; n'ont point abjuré; réfugiées.

Biens abandonnés : Maison rue MartainvilIe nommée le Mouton-Blanc ; deux autres maisons.

VEREUL (PIERRE), paroisse Saint-Etienne-des-Tonneliers, frère d'Adam ; réfugié.

Biens abandonnés : Maison rue des Bonnetiers; deux maisons derrière les murs, près la Vache-Rouge.

VERMANDE (JACOB), marchand, rue du Vieux-Palais, Hollandais naturalisé, m. à Elisabeth DE LA BUSSIÈRE, deux petits enfants, servante, plus deux autres enfants passés en Hollande; trois caissiers et quatre domestiques; a abjuré.

VERMOULU (veuve), rue Notre-Dame, paroisse Saint-Maclou, a donné aux cavaliers 31 livres, les a nourris. Ils lui ont enlevé pour 60 livres de vaisselle et de linge.

VESQUIN, rue: Saint-Eloi, et sa servante, n'ont point abjuré.

VIARD (JACQUES), marchand de toiles, rue Saint-Denis, m. à Catherine LEBLANC, deux enfants et un domestique ; absents. On a cru Viard mort; depuis on a appris qu'il était passé en Hollande; son bien est à Bolbec, lieu de sa naissance.

Biens abandonnés : Fermes à Tocqueville-les-Murs et à Gruchet.

VIDMANS, rue du Vieux-Palais ; 1 Cap.

VIELMAISONS (quatre filles de messire JACQUES DE), seigneur de VERCLIVES, aux Nouvelles-Catholiques.

VIENNAND (DE) et sa femme, paroisse Saint-Jean ; signalés.

VIGER (PIERRE), sieur des BLONDELLIERS et de MARÉ-FOSSE, au château de Maréfosse, commune de la Remuée, au pays de Caux, m. à Suzanne POUYER. Maison à Rouen, rue Ganterie; deux domestiques; ont abjuré.

VIGER (SUZANNE), a abjuré le 3 novembre. à Saint-André-de-la-Ville.

VILLEQUIN (ABRAHAM), réfugié.

Biens abandonnés : Maison au Grand-Quevilly.

VILLIERS DE BONNEAU (ANNE), aux Nouvelles-Catholiques.

VINANT (ABRAHAM) , rue Saint- Yon; n'a point abjuré.

VINCENT (JUDITH), signalée.

VIS (ISAAC DE), Hollandais non naturalisé, rue Herbière, deux caissiers, deux domestiques ; n'a pas de logement.

VIVIEN (ABRAHAM), chaudronnier, rue Saint-Yon, m. à Suzanne CROSNIER, malade d'esprit, n'a 'point abjuré; tient une maison de fond en comble. Suzanne Crosnier a été traînée sur la claie et à la voirie, pour avoir renoncé hautement à son abjuration.

VOUTE (demoiselles DE LA), filles d.Ephraim DE VALLEMONT, sieur de LA VOUTE, ministre de Lintot ; aux Nouvelles-Catholiques.

W

WETKEN (HERMANN), Hambourgeois naturalisé, rue Hérbière, m. à Anne DIERQUENS; 2 C. Sa femme et sa servante n'ont point abjuré. Sa femme emprisonnée dans un couvent.

WILLET ou WUILLET (EDOUARD), Ecossais, rue des Charrettes, sa femme, un enfant, son frère; son père est Anglais; a donné 10 écus à 2 C. de la compagnie de Vervins, qui ont logé au Chef-de-Saint-Jean, rue Saint-Eloi ; réfugié.

Biens abandonnés : Jardin à Eauplet; deux maisons rue Ganterie, dans la cour du Fer-à-Cheval ; maison à Déville.

WROULING l'aîné (THIERRY), Hollandais, rue Saint-Eloi, m. à Marie HEUST, de Paris; son frère, domestiques; personne de la maison n'a abjuré. A abjuré par la suite, le 20 décembre, à l'Hôtel-de-Ville.

Y

YON (MARIE), fille de Jacques et de Marie BERNARD, demeurant chez le sieur Jacques Goullé ; a abjuré le 3 novembre, à Saint-Herbland.

YVELIN (JEAN), tonnelier, rue du Fardeau; sa femme et deux enfants (Louis et Etienne) ; signalé comme très obstiné.

YVER (JEAN), m. à Elisabeth BADOIT; Angélique LANGLOIS, leur domestique; ont abjuré le 3 novembre, à Saint-André-de-la-Ville.